Réseaux sociaux

Je suis Charlie VS Je ne suis pas Charlie : la question divise le web Sénégalais

L’attentat terroriste contre le  groupe de presse “Charlie Hebdo” en france faisant au moins 12 morts a fait des émules. Comme  dans beaucoup de pays, la question s’est pointée au Sénégal, un pays où la majorité de la population est musulmane.  Sur les réseaux sociaux, Charlie Hebdo  divise. Chacun y va avec sa position. Dans un reportage publié par le journal Enqueteplus, le sujet  domine le fil de l’actualité des réseaux Sociaux 

 A travers des photos, des messages écrits ou des dessins, les internautes sénégalais ne manquent pas de donner leur avis sur le sujet. Ce sont pour la plupart des messages d’indignation et de colère contre une barbarie qui se cache derrière une religion. ‘’Je condamne cet attentat inqualifiable. Que je sache, aucun Prophète de Dieu n’a assigné à qui que ce soit la mission de tuer en son nom pour soi-disant le défendre.

Dieu est assez Puissant pour défendre sa Parole Sacrée et ses Prophètes contre des êtres humains qu’il a lui-même créés’’, écrit Chimère Lopy, journaliste au quotidien L’Observateur.

Sans aller jusqu’à légitimer les attentats d’hier, Mass Ndao, diplômé en Langues étrangères appliquées, considère que le croyant devrait se sentir concerné par ce qui porte atteinte à ses croyances religieuses.

‘’Personne ne peut caricaturer le Prophète Mouhamad (PSL) et obtenir mon soutien. Je respecte et je fais la paix avec ceux qui respectent ma religion’’, renseigne-t-il.

Sur facebook, le slogan ‘’Je suis Charlie’’, symbole de soutien à l’hebdomadaire français, est largement repris et partagé. Mais il est en passe d’être supplanté par le slogan ‘’Je ne suis pas Charlie’’, utilisé non pas dans le but d’approuver les actes terroristes mais pour se distancier de l’humour de Charlie Hebdo.

‘’Je ne me reconnais pas dans l’humour de Charlie Hebdo. C’est un humour méchant et peu intelligent. Il sert davantage à heurter et à choquer qu’à pousser à la réflexion’’, déclare Mohammed Ndiaye sur son compte facebook.

Mais certains internautes ne se sentent tout simplement pas concernés. Et pour cause : ‘’Des gens meurent tous les jours au Congo Kinshasa sans que le monde s’émeuve de leur sort. Alors sans vouloir minimiser le bilan de ces attentats, je me permets de rappeler que cette horreur est le lot quotidien de certaines populations. Aujourd’hui, le virus Ebola me préoccupe davantage’’, écrit Ndèye Fatou Sall. Selon elle, les Africains devraient apprendre à balayer devant leur porte.

Comments

comments

Comments
To Top