Actu Web

 L’engagement insuffisant des autorités de régulation, la libéralisation inégale du marché… Obstacles à l’accès au haut débit en Afrique 

La rencontre « Connecting West Afric» ou Connecter l’Afrique de l’Ouest s’est ouverte hier  à Dakar. Durant deux jours, différentes discussions tourneront sur les  Opportunités dans le marché du haut débit de la région et de réseautage entre les principaux opérateurs, fournisseurs de services, investisseurs, régulateurs,  fournisseurs et experts en télécoms et TIC.

“L’inclusion numérique n’est pas l’effort d’un opérateur, c’est un effort de l’ensemble de la société à travers des partenariats“, a déclaré Diego Camberos , Directeur Général de Tigo.

Quant à Thecla Mbongue d’Ovum, “les télécoms en Afrique de l’Ouest sont maintenant devenues axées sur les données, avec l’accès au  haut débit et l’utilisation des Smartphones comme facteurs clés pour la croissance future.  Selon Ovum, le marché du mobile en Afrique de l’Ouest a augmenté de 12% en un an à 296 millions d’utilisateurs au premier trimestre 2015; les  revenus annuels mobiles étaient de 17 milliards de dollars en 2014 dont 3 milliards de dollars générés par l’utilisation des données “.

D’après les différentes interventions, il est clair que les avantages du haut débit pour les économies de la région sont bien connus. Cependant, il existe encore des obstacles majeurs à l’accès au haut débit, tels que décrits par James Kanja Cobba, Directeur Technique au Ministère de l’information et des communications de Sierra Leone, et Aboubakar Haman, Directeur de la réglementation à Atlantique Telecom. Selon eux, les principaux problèmes  viennent toujours de l’engagement insuffisant des autorités de régulation, de la libéralisation inégale du marché, des impôts élevés et du manque de coopération entre les opérateurs.

Comments

comments

Comments
To Top