Parole aux Spécialistes

Ismaila Camara , Président du Réseau des Journalistes en TIC : ” La boucle de la Sonatel, un frein à l’accés Optimal à Internet”

Ismaila-Camara-Président-Réseau-des-journaliste-en-TIC-Senegal

Ismaila Camara est convaincu que les TIC sont  l’avenir pour le pays car elles contribuent à hauteur de 10% par an à l’économie nationale, ce qui équivaut à 3,3% du produit intérieur brut (PIB) du Sénégal depuis quelques années. Selon le président du réseau des Journalistes en TIC, “l’objectif des acteurs notamment l’OPTIC qui est l’Organisation des professionnels des Tic et qui regroupe l’ensemble des entreprises du privé qui gravitent autour de ce secteur, c’est d’atteindre la barre des 20% en 2020.”

Cependant, le journaliste ne semble pas comprendre pourquoi Internet est encore cher au Sénégal. Dans une interview avec le site Seneplus, Monsieur Camara pointe du doigt la sonatel.

Des applications locales avec des contenus locaux

“Aujourd’hui la boucle de la Sonatel est un véritable obstacle parce qu’elle empêche la quinzaine de fournisseurs d’accès à l’internet de pouvoir se déployer sur le territoire national.Donc en réalité, on n’a qu’un seul fournisseur d’accès aujourd’hui, à part les opérateurs qui sont également des fournisseurs d’accès. Vous voyez un peu que le jeu est biaisé dès le départ. Alors que si les fournisseurs d’accès à l’internet, pouvaient opérer facilement, ce sont de nombreux emplois qui auraient été créés” a affirmé Ismaila Camara qui pense que ”si on laisse les fournisseurs d’accès à l’internet faire leur travail dans de bonnes conditions, cela conduira à la réduction du coût de connectivité. Et quand, il y a réduction de coût de connectivité, forcément les gens vont aller davantage sur internet.”

L’autre question, dit-il  c’est que si les gens vont sur internet, il faut aussi qu’ils aient des applications locales avec des contenus locaux. Ce qu’on ne peut pas avoir quand le débit n’est pas des meilleurs. Donc il faut davantage mettre l’accent sur la qualité du niveau pour que la 3G soit disponible sur l’ensemble du territoire sénégalais. Je pense qu’il est important de surmonter ses contraintes.”

Le financement dans le secteur des TIC, un vrai probléme.

Sur cette question, Le président du Rejotic pense que l’Etat peut essayer d’amoindrir le coût de la fiscalité pour permettre à ces entreprises de pouvoir supporter le personnel et que les banques aient confiance en elles. Cela pourra faciliter la tâche à ces banques et Pme pour investir dans le cadre de la recherche – développement.

On est dans un domaine où c’est l’innovation qui prime sur tout. Donc je pense qu’il faudra également régler cette situation. Il faudra que les pouvoirs publics facilitent la tâche aux Pme pour ce qui est de l’accès au financement.

Selon lui ” Il faut que l’Etat puisse accompagner les acteurs des Tic et autres acteurs parce qu’il y a des incubateurs. Mais il faudra également qu’il y ait peut-être un fond de l’innovation numérique qui va permettre aux start-up et aux Pme du secteur de pouvoir disposer de fonds qui leur permettent de contourner un tout petit peu, le financement qui n’est pas disponible au niveau des banques pour x raisons.”

 

 

Comments

comments

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Les plus populaires

To Top