Depuis la proclamation des résultats de l’élection présidentielle d’octobre 2018 au Cameroun ayant consacré la réélection du président Paul Biya, les débats sur les réseaux sociaux sont virulents entre les partisans du président Paul Biya et ceux du Pr Maurice Kamto, arrivé en seconde position

. Dans son adresse à la nation ce 31 décembre 2019, le président Paul Biya revient sur ce sujet en quelques mots. « Ce ne sont ni les réseaux sociaux, ni tel ou tel organe de presse qui peuvent changer les résultats d’une élection, encore moins les manifestations illégales, les violences et les attaques personnelles ou haineuses. Qu’on se rappelle que j’avais dit en son temps : « Débattons, ne nous battons pas. » Ainsi se comportent les citoyens d’un pays démocratique », a proposé le président de la République.

Lire aussi l’article : Fondation Tony Elumelu 2019 : 14 jeunes entrepreneurs sénégalais selectionnés

Le président camerounais affirme qu’une minorité, au Cameroun comme dans la diaspora, paraît avoir oublié les règles qui gouvernent la vie démocratique. « Est-il nécessaire de rappeler qu’une démocratie a pour seul arbitre le peuple souverain ? Lorsque celui-ci s’est prononcé à travers des élections libres et transparentes, et que les résultats sont proclamés après l’examen d’éventuels recours, ces résultats doivent être respectés et acceptés par tous », rappelle le président.

« Si l’on veut participer à la vie démocratique de son pays, il faut en respecter les règles et militer dans les partis politiques dont l’activité s’exerce dans le cadre du respect de la loi. Il sera loisible de le vérifier lors des prochaines élections municipales et législatives du 09 février 2020 », conclût Paul Biya à ce sujet.

Appel à une utilisation responsable des réseaux sociaux

Le 10 septembre 2019 déjà, le président camerounais, dans un discours spécial à la nation, s’offusquait déjà de ce que « les nouvelles technologies de l’information et de la communication et notamment les réseaux sociaux ont malheureusement favorisé l’apparition de leaders autoproclamés, d’extrémistes de tout bord essayant d’asseoir leur notoriété par le biais d’injures, de menaces, d’appels à la haine, à la violence et au meurtre ».

De manière générale, le président camerounais prône une fois de plus l’utilisation responsable des réseaux sociaux. Lors de ses précédents discours, notamment ceux adressés à la Jeunesse, il a régulièrement insisté sur les opportunités que les jeunes pouvaient exploiter de la percée du numérique. Dans le même temps, il les a aussi régulièrement appelés à la vigilance, à ne pas être des « internautes passifs » et à ne pas se laisser emporter par « les oiseaux de mauvaise augure ».

Aux Camerounais qui sont dans la diaspora, « qu’ils soient ou qu’ils ne soient plus Camerounais, je pense qu’ils devraient, par patriotisme, s’abstenir de propos négatifs à l’égard de leur pays d’origine. On doit toujours respecter sa patrie, ses institutions et ceux qui les incarnent », a conseillé ce 31 décembre 2019 le président camerounais.

 

(Source : Digital Business Africa)

Comments

comments