Comment développer davantage le e-Commerce en Afrique ? A cette question, le ministre du commerce, du Secteur informel, de la consommation, de la promotion des produits locaux et des PME du Sénégal, Alioune Sarr et Ibrahima Nour Eddine DIAGNE, le président du cabinet African Performance Institute (API), ont proposé, lors d’un panel de haut niveau, à Nairobi, au Kenya, des solutions pour faire profiter au continent des dividendes de ce secteur à fortes potentialités.

Ouvrant les travaux Alioune Sarr (au milieu sur la photo) le ministre sénégalais a considéré la problématique du commerce électronique comme un enjeu à la fois national, régional, continental et global. Il est revenu sur le caractère transversal de la question qui exige donc une approche concertée et consultative. Selon lui « la réussite dans l’entreprenariat numérique ou pas repose sur trois facteurs : les talents, les technologies et le capital. »

En ce sens, M. Sarr a rappelé les nombreux efforts du gouvernement sénégalais pour soutenir l’entreprenariat en général et le numérique en particulier.

Le ministre sénégalais intervenait dans le cadre d’un panel de haut niveau organisé par le le cabinet African Performance Institue (API), dirigé par son compatriote Ibrahima Nour Eddine Diagne (à droite sur la photo), en marge de la Semaine du e-Commerce en Afrique, qui a lieu pour la première fois en Afrique sous l’égide de la CNUCED – Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement.

Alioune Sarr plaide pour la création d’une académie africaine du e-commerce

 

Dans sa note introductive, M. Diagne a insisté sur la nécessité de faire du e-commerce un levier de création de valeur pour les économies africaines. « Les obstacles au commerce électronique ont été contenus progressivement au cours de la dernière décennie », a-t-il dit. Cependant, « de nouveaux défis pointent et menacent la valorisation du E-commerce en Afrique. » Ceux-ci ont pour noms, essentiellement, « avancées technologiques rapides, concentration du marché autour des géants du numérique, enjeux sur les données et réglementation.

Pour faire profiter au commerce électronique sur le continent de ces transformations induites par les technologies, le ministre sénégalais Alioune Sarr pense que l’Afrique doit les anticiper pour ne pas courir le risque d’une marginalisation accrue. Et de proposer des idées de nature à faciliter le positionnement de l’Afrique dans le commerce électronique : « la mise en place dans chaque pays d’une e-commerce Academy pour renforcer les compétences ainsi que la mise en place d’une e-Commerce Factory pour concentrer toutes les capacités, informations, compétences en un lieu unique de sorte à appuyer les entrepreneurs, mais aussi à protéger les consommateurs. » Des idées qui peuvent être matérialisées par une implication et un accompagnement aussi bien des pouvoirs que du secteur privé.

Mouhamed KEBE

Comments

comments