Utilisé par des milliards de personnes à travers le monde, le réseau social Facebook compte aussi des millions de faux profils.

Devant la barre du tribunal de Dakar de flagrants délits, Mansour Khouma, Ngoné Mbodji et Mouhamadou Bamba Ndione, ont été jugés  pour des faits d’escroquerie, association de malfaiteur, manipulation de système informatique et vol de carte d’identité.

Ces résidents de Ngaparou ont escroqué plusieurs montants allant de 150 000 F à 500 000 F leurs deux victimes Racine Touré et Mamadou Ndiaye .

Ils créaient un groupe de discussion avec de faux profils

Revenant sur le modus operandi, il ressort que les trois acolytes ont créé un groupe de discussion sur Facebook en utilisant de faux profils où ils exposent leurs problèmes à leur victimes en leur faisant croire qu’ils sont en panne d’essence ou des besoins de dédouanement. Sans arrière-pensée, ces derniers les envoyés par Orange-Money ou Wari des sommes d’argents. L’enquête mené pendant un an a permis d’arrêter Mansour Khouma, accompagne de Mouhamadou Bamba Ndione, aux Parcelles assainies à «Yengoulene» où, après fouilles, des cartes d’identités ont été retrouvés par devers le tailleur, Mansour Khouma. Ce dernier a déclaré qu’il les avaient ramassé à «Poste Thiaroye», pour ensuite en faire usage durant les retraits d’argent.

Lire aussi: Facebook: Si votre profil poste ces types de commentaires, vous avez été piraté !

«Tantôt je parlais à une dame, tantôt avec un homme qui s’habillait de la même façon»

Dans les débats d’audiences, Racine Ndiaye a souligné qu’il discuté sur Facebook avec une personne qui a le pseudo de «Joli cœur», avant qu’il lui remette la somme de 475 000 francs CfA dans le but de l’aider. Même son de cloche pour Mamadou Ndiaye. «On s’est connu sur Facebook sur le pseudo de ‘diapoulho’ et quand je lui ai envoyé de l’argent, je le faisais sous le compte de Coumba Diouf», a lancé la partie civile. Selon lui, «c’est dans nos discussion que la femme m’a appelé un mardi vers 6 heures du matin, me disant que c’est elle ‘diapoulho’. Sur ce, elle m’a demandé de l’aider, car elle était en panne d’essence vers la frontière de Mauritanie et elle n’avait pas d’argent. de ce fait, vers les coups de 15 heures, elle m’a encore appelé pour me dire avoir vendu son téléphone iPhone 6 à 35 000 pour se procurer d’essence». «Ne s’arrêtant pas là, quand j’ai appelé sur le téléphone pour voir, je suis tombe sur un homme qui m’a dit que cette dernière a été arrêtée par la douane, avant de me déclarer que la dame doit payer de l’argent pour près de 1,9 million de francs CfA. Quand je lui ai parlé au téléphone, elle pleurait. Et c’est là que je lui ai envoyé 150 000 francs CfA», a-t-il ajouté.

Lire aussi: Ces arnaqueurs qui vous traquent sur la toile…

Mansour Khouma incrimine Ngoné Mbodji

A la pléthore, Mansour Khouma a reconnu qu’il recevait différentes sommes provenant de leurs victimes. Interroges sur la provenance des cartes d’identités qu’il utilisait, il a répondu qu’il ne détenait pas de carte d’identité et que le jour de son arrestation, les éléments de la police ne l’on trouvé qu’avec une seule carte. dans la même lancée, il soutenu que c’est Ngoné Mbodji qui détenait le point de Wari et que c’est elle qui faisait le retrait pour lui. Alors que les enquêteurs ont souligné avoir trouvé une dizaine de cartes lors de la perquisition chez lui. Continuant ses explications, il fait savoir aux juges qu’il partageait tout avec la dame Mbodji, même les habits qu’ils portaient. Ce qui est archi faux pour la dame. d’après elle, la seule fois où elle a porté les habits de ce dernier, c’est le jour du «Tajaboon». Et elle a affirmé «n’avoir jamais communiqué avec qui que ce soit. Quand j’ai entendu qu’ils ont été arrêtés, je me suis rendue toute seule à la police. Il a inventé des choses sur moi. Car, lorsqu’il a envoyé quelqu’un pour récupérer ses bagages, j’ai refusé». Pour sa part Mouhamadou Bamba Ndione a refusé d’être mêlé à cette affaire. Mais, malgré leurs déclarations, le ministère public, dans son réquisitoire, a mentionné que la réquisition de la SONATEL a montré que Ngone Mbodji communiquée avec les victimes, de même que Mouhamadou Bamba Ndione, qui, selon Mansour Khouma, n’a pas participé au deal, mais a une fois retire de l’argent. Ainsi, le procureur s’en est-il rapporté à la sagesse du tribunal pour son sort, avant de demander au tribunal de condamner Mansour khouma et Ngone Mbodji à 2 ans ferme. Finalement le tailleur a écopé d’un an ferme et les deux autres d’une peine de 6 mois ferme.

Avec VoxPopuli