La Fintech sera une des thématiques centrales de la deuxième édition de Kinshasa Digital Week, qui aura lieu les 12 et 13 avril 2019 à l’hôtel Pullman. L’expression FinTech combine les termes « finance » et « technologie » et désigne une start-up innovante qui utilise la technologie pour repenser les services financiers et bancaires. Les Fintech sont un moteur de croissance, qui permettent le développement de nouveaux métiers et de ce fait, favorisent l’inclusion financière des populations défavorisées en RDC. Nous avons interviewé Flash POS, la première Fintech de la RDC en 2019.

Flash POS, en quelques mots et en quelques chiffres?

C’est la première plateforme mobile d’agrégation de services financiers et de services à valeur ajoutée, conçue pour la distribution digitale, avec 5000 agents actifs sur toute la RDC. Nous avons plusieurs produits et services disponibles : messagerie financière « Flash Cash », recharge d’unités pour 4 opérateurs mobiles, recharge de forfaits internet et de bouquets TV pour 3 opérateurs.

La 1ère Fintech de la RDC en 2019 ? Quelles sont vos ambitions pour cette année?

Cette année, nous espérons agrandir encore notre réseau d’agents, intégrer encore 5 nouveaux services. Nous lancerons très bientôt une application de paiement destinée au grand public. Nous voulons également publier au deuxième trimestre des API d’agrégation de services de paiement, destinés aux e-marchands de la RDC. Ainsi, nous allons permettre la monétisation de masse au travers de plateformes d’e-commerce et sur le marché naissant des applications mobiles.

Les Fintech affectent-elles les relations que vous entretenez avec vos clients publics ou privés, en matière de développement du secteur financier dans les marchés émergents ?

Les Fintech sont au contraire un moteur de croissance, qui permettent le développement de nouveaux métiers et de ce fait, favorisent l’inclusion financière de nos populations.

Quel est l’état des lieux de l’interopérabilité des acteurs financiers en RDC?

Malheureusement, aujourd’hui, les différents acteurs de mobile money ne sont toujours pas intégrés, situation que nous déplorons. Concernant les banques, les compensations entre comptes peuvent prendre jusqu’à une semaine. Notre plateforme d’agrégation nous semble la meilleure solution pour faciliter l’interopérabilité et réduire les délais liés aux compensations des différents acteurs financiers de la RDC.

Quels sont les plus gros défis auxquels vous êtes confrontés ?

Le cout de la ressource internet peut être un frein pour l’accès à la connectivité et pour l’innovation en général. Un des plus gros défis est celui d’arriver à mettre en place un modèle de négoce, qui permette à des jeunes qui disposent de très peu de moyens (moins de100$ par mois) de devenir plus indépendants.

Rencontrez cette start-up à la Kinshasa Digital Week, le plus grand rassemblement tech de la RDC, ce 12 et 13 avril.