Au sommet sur le développement durable tenu en 2015, les États membres de l’ONU avaient adopté un nouveau programme de développement durable, qui comprend un ensemble de 17 objectifs mondiaux pour mettre fin à la pauvreté, lutter contre les inégalités et les inégalités et l’injustice, et faire face au changement climatique d’ici à 2030.

En effet, les Objectifs de Développement Durable (ODD) permettront de faire face aux défis émergents à savoir : l’adoption des modes de consommation et production durable, la lutte contre les changements climatiques et leurs répercussions, la promotion d’une croissance soutenue, partagée et durable, la promotion d’une bonne gouvernance dans un contexte de paix et de sécurité.

  1. Justification de la mise en place d’un Accelerator LAB

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) en tant que partenaire de développement et pour contribuer à relever les défis posés, encourage le développement de solutions innovantes en adaptant et en mobilisant l’action collective de manière stratégique et efficace. Pour ce faire, le PNUD encourage des innovations individuelles et à petite échelle afin de les connecter à d’autres solutions développées à travers le monde pour pouvoir agir de manière concertée à différents niveaux.

L’objectif du PNUD est simple : repenser le développement au 21ème siècle en mettant en place le réseau d’apprentissage le plus vaste et le plus rapide au monde, l’Accelerator Lab. Pour démarrer l’expérience, ce réseau comprendra 60 laboratoires implantés dans près du tiers des pays du monde, dans le but d’accélérer considérablement la capacité de l’institution à tester l’efficacité des solutions reliées au développement et à créer des effets domino.

Par ailleurs, ces laboratoires serviront à bien plus qu’adopter de nouvelles technologies. Leur ambition est de recenser les personnes en Afrique, en Asie, en Amérique latine et ailleurs dans le monde qui ont réussi à développer leurs propres solutions pour répondre à des défis sociaux, environnementaux ou encore pour combler des lacunes du service public. Les Accelerator Labs vont établir une cartographie de leurs solutions grâce aux réseaux locaux, aux données provenant d’images satellites ou encore des médias sociaux. Le but : trouver, développer et élargir la portée des innovations locales.

Au Sénégal, la montée des inégalités, la perte de confiance envers les institutions publiques, la faible performance de l’administration (centrale/locale) constituent des défis majeurs à relever pour améliorer la gouvernance et accélérer le développement du pays.

Dans cette perspective, le Bureau PNUD du Sénégal se positionne comme « Self Starter » pour initier un Accelerator Lab afin de favoriser la recherche de solutions innovantes pouvant accélérer le développement du service public, notamment au sein des collectivités territoriales. A cet effet, un concours d’innovation sera lancé pour le choix de deux propositions de solutions.

  1. Objectif du concours d’innovations

Le PNUD sollicite les soumissions d’innovateurs souhaitant promouvoir et concrétiser des idées novatrices d’une part, ou accélérer leurs modèles d’affaire d’autre part, pour promouvoir l’amélioration et la qualité du service public au niveau des collectivités territoriales.

L’objectif principal de cet appel à soumission sera de primer les solutions proposées les plus pertinentes par les innovateurs sélectionnés qui peuvent être des individuels, des starts ups de plus de 2 personnes., pertinentes en termes de contexte et centrées sur le besoin des populations cibles, pour élargir leur portée et donc leur impact. Les entreprises devront, à côté de leur fort caractère innovant, présenter des modèles promouvant l’amélioration du secteur public tout en démontrant leurs valeurs économiques, sociales et environnementales.

  1. Résultats attendus

Des solutions innovantes sont proposées pour améliorer les capacités organisationnelles des collectivités territoriales. A ce titre, les sous résultats sont les suivants :

  • Les services publics qui accueillent les citoyens améliorent la qualité de leurs services ;
  • La productivité des agents municipaux est améliorée et leurs compétences valorisées ;
  • Les ressources financières des collectivités territoriales sont accrues grâce à la mobilisation de plus de ressources humaines et financières ;
  • La transparence est accrue dans l’organisation des collectivités territoriales et permet une meilleure relation de confiance avec les citoyens ;
  • Les collectivités territoriales intègrent le numérique et modernisent leurs administrations.
  1. Analyse de la situation et défis du secteur public local

L’administration sénégalaise, bras séculier de l’Etat a toujours été au centre des préoccupations des pouvoirs publics. Malgré l’expertise qui lui est reconnue, elle est, aujourd’hui, l’objet de débats relatifs à sa capacité à accompagner la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent (PSE).

La place et le rôle de l’administration publique, dans la formulation et le pilotage des politiques publiques, ont toujours constitué un sujet de préoccupation des autorités politiques. Le développement du capital humain, la modernisation de la gestion des ressources humaines constituent le principal levier de performance de l’action publique.

 

Pour plus de détails, télécharger ce document