Un groupe de  jeunes journalistes sénégalais vient de lancer  “Senenquête”. Une  nouvelle plateforme qui  fait désormais son entrée dans le paysage médiatique . Selon les initiateurs,  l’idée est de “prendre l’engagement de ne pas faire recours à l’aide à la presse ni aux subventions de l’Etat pour une indépendance totale” selon ses initiateurs.

“Senenquête”, veut être un journal sénégalais d’investigation, indépendant et participatif. En attendant son lancement officiel  dans les jours à venir, un de ses promoteurs annonce qu’ils veulent “décoller seuls, faire comme les ainés qui ont ouvert la voie”.

Lire la suite : Stratégie Digitale : Comment les gouvernements peuvent-ils communiquer sur les médias sociaux

Samba Diamanka soutient  que “l’essentiel pour eux, c’est d’avoir une indépendance et travailler librement pour une presse libre”

Pour Cheikh Abdou Khadr, Daouda Sow, Samba Diamanka, Ngagne Demba Fall et Khadim Mbaye, “le projet éditorial est déterminé par les valeurs d’une presse libre, impartiale, neutre et animée de la seule volonté d’informer pour l’intérêt général du public

La bande à Khadim  souhaite apporter leur pierre à l’édifice en fixant leur base sur le journalisme motivé à mettre en place un journal dont la ligne éditoriale est orientée vers l’investigation.

C’est la raison pour laquelle “Senenquête” compte enquêter sur certains dossiers pour être en phase avec le droit à l’information des sénégalais. Il compte se positionner comme le lieu d’une information de référence en remettant  à l’honneur un genre délaissé : l’enquête, avec ses découvertes, ses révélations inédites entre autres ».

Lire aussi l’article : Assane Mboup, expert multimédia : « le Numérique n’est pas la panacée »

Contrairement à la radio, à la télé ou à la presse écrite qui nécessitent des investissements initiaux très lourds, parfois dépendants de puissances financières,  Samba Diamanka et amis ont opté pour un modèle économique différent. : « Un modèle économique participatif basé sur le don ».

Ils annoncent que « le journal ouvre ses portes à tous les mécènes qui désirent appuyer ce projet ». Ils se disent prêt à lutter contre « Ce qui brise sans doute les chaines d’une dépendance qui empêche la presse de jouer pleinement son rôle et contre  ce qui lui garantit par ailleurs une indépendance totale ».