Il est nécessaire voir impératif  de décentraliser les services d’accompagnement en entrepreneuriat dans les zones rurales. Tous les programmes et projets sont concentrés à Dakar. En plus, nous avons les forums, les conférences et les ateliers sur l’entrepreneuriat.  En résumé, un ensemble d’événements, tous azimuts, qui ne se passent qu’au niveau de la capitale.

L’entrepreneuriat est devenu un phénomène de mode. On y voit du tout et avec, de plus en plus, le phénomène croissant   de « chasseurs d’opportunités », souvent avec juste une idée ou un prototype sans business model clair et viable!

Des fois la question que je me pose est: sommes-nous réellement assez sérieux avec nous même ?

Que voulons-nous? Voulons-nous être, la prochaine Start up Nation avec ce modèle ?
La zone rurale dispose de tout. Alors,  et si on appliquait le fameux «fast track » au niveau  cette campagne?

Lire aussi: Pape BA GAHN: “les entrepreneurs doivent s’orienter vers l’agriculture et les services mobiles

Une synergie d’actions pour stimuler l’entrepreneuriat rural

Il nous faut  impérativement une synergie dans les actions et une coordination des différentes structures qui interviennent dans l’accompagnement.

Comment pourrions-nous y arriver ?

– En mettant  les moyens techniques pour que  nos agriculteurs puissent  transformer plus  nos produits tout en respectant les standards ?
– En dynamisant  les CRJ (Conseils Régionaux de la Jeunesse)  et les CCA (Centres Conseils Ado)  qui peuvent  être des relais de services BDS pour les jeunes dans les régions;
– En dynamisant  les Inspections Régionales de la Jeunesse;
– En renforçant  les compétences techniques des CFP  sur le pilier auto emploi  dans les régions;
-En  Insérant  dans les curricula de formation de base l’esprit entrepreneurial et le cours sur la modélisation;
– En ouvrant  des  pans sur les opportunités dans les divers secteurs qui existent dans chaque région;

Enfin mettre  des plateformes sur tout ce qui est service d’accompagnement dans les régions et les organiser en un parcours partant de  celui qui forme jusqu’au suivi post- financement.

Lire aussi: Pape Bâ Gahn «Il ne suffit pas d’avoir une idée ingénieuse mais il faut avoir une idée qui marche»

Si nous arrivons à organiser tout cela et surtout, travailler dans une intelligence parfaite nous arriverons à régler la question de l’Entrepreneuriat dans ce pays. Par la suite, nous donnerons plus d’opportunités au monde rural.

Le monde rural, un terreau fertile à l’entrepreneuriat

Le monde rural regorge d’énormes potentialités  avec différentes filières partant des céréales locales de Kédougou passant par la banane de Gouloumbou, de la forêt fruitières de la Casamance, en plus du bassin arachidier, des espaces rizicoles de la vallée, des produits maraichers de la zone des Niayes.

Qu’est ce qui nous manque ?

Rien, je dis absolument rien. Il nous faut plus d’intelligence et d’actions à la base pour y arriver.
Le monde rural a besoin de nous et nous devons penser à eux surtout dans l’agriculture car je reste persuadé que c’est un des leviers sur lequel  le développement de ce pays repose. On a beau faire des routes, développer des infrastructures, créer de nouvelles villes modernes  mais si la base n’est pas développée, si nous avons des difficultés à produire et à satisfaire les besoins vitaux. Le développement autant rêvé ne sera qu’illusoire, il est grand temps de travailler plus avec la base pour un développement harmonieux et équitable.

Pape BA GAHN