En Côte d’Ivoire la majorité de la population est analphabète selon une étude qui date de 2015. Cependant, cela n’a aucun effet dans le taux des utilisateurs des services financiers digitaux.

Ces Ivoiriens analphabètes sont appeléS, “utilisateurs cachés du mobile money”. En effet, ils réalisent des transactions de mobile money par le biais du compte d’une personne tiers – un agent, un ami, ou un membre de la famille – sans jamais que leur identité ne soit enregistrée. Une situation découle essentiellement d’un certain analphabétisme ou encore un faible niveau d’éducation.

Selon MSC Consulting, ce sont des clients incontournables du marché qui effectuent des dépôts, des paiements de factures, etc.

Lire aussi: Le mobile money triomphera-t-il de la banque mobile ?

Conséquemment, ils constituent un manque à gagner  pour les fournisseurs de services financiers digitaux.

L’absence de la possibilité d’enregistrement dans les serveurs des fournisseurs limite la capacité de collecte et d’analyse des données sur les comportements financiers des clients. Cela a des conséquences négatives car les données permettent de mieux penser et organiser les offres de produits.

“Mais pour déverrouiller l’opportunité commerciale qui s’offre à eux, MSC Consulting explique que les fournisseurs doivent explorer de nouvelles solutions pour accompagner ces clients invisibles à s’enregistrer et devenir des souscripteurs actifs des services financiers digitaux.”, rapporte le site agenceecofin.