L’administration Trump a classé l’entreprise Huawei dans la liste noire des sociétés interdites de commercer avec les Etats-Unis. C’est pourquoi Google, respectant la directive étatique, suspendit l’accès de l’équipementier chinois Huawei à Android® quelque temps après. Nonobstant la période de grâce accordée par la Maison-Blanche aux sociétés concernées, qui va jusqu’au 13 août 2019; Huawei annonce lors de la conférence des développeurs du 09 août, son système d’exploitation Harmony OS®.

Et c’est à cette occasion que Harmony OS se dévoile. Le Huawei Developpers Conference HDC 2019 se présente comme une occasion annuelle pour la firme, de dévoiler ses créations. Cette année, il est question de la 5G, de  l’intelligence artificielle (IA), de l’Internet des objets (IoT) etc. En résumé, plus de 200 sessions thématiques et environ 1 500 partenaires de l’industrie de Huawei sont parmi les participants. Ainsi que près de 5 000 développeurs mondiaux. A priori, le HDC est l’équivalent du WWDC de Apple et du Google I/O du coté des géants américains.

#HDC2019

En effet, du 09 au 11 août au Songshan Lake en Chine que se tient la conférences des développeurs de l’équipementier et non moins second meilleur vendeur de smartphones au monde devant Apple et derrière Samsung. Le premier jour est consacré aux traditionnels discours et annonces, le second aux technologies du futures et le partage d’idées avec les experts techniques de Huawei. Quant au troisième jour, le Codelabs fournit aux développeurs un support technique officiel, des didacticiels sur les technologies maisons.

Sanctions commerciales américaines.

Rappel des faits. Des firmes listées dans la NDAA n’auront plus le droit de fournir du matériel à une agence fédérale américaine. En conséquence le décret du Président Trump prendra effet à partir du 13 août 2019. En effet, les ricains accusent l’équipementier de télécommunication chinois d’espionnage.

Hormis Huawei, ZTE, Hytera Communications Corporation, Hangzhou Hikvision Digital Technology Company et Dahua Technology Company sont également dans la ligne de mire. Le Décret National Defense Authorization Act (NDAA) de Trump vise à réglementer voire, limiter le commerce avec une entreprise chinoise. Malgré l’annonce de la possibilité d’obtenir des dérogations, Huawei pour parer à toutes éventualités lance pour son propre OS mobile.

Harmony OS ou HongMeng OS

Huawei n’est qu’un moyen de pression dans une guerre commerciale qui oppose  Etats-Unis et la Chine. La multinationale chinoise a décidé de dévoiler son système d’exploitation mobile. En développement depuis plus de 10 ans, le pari est loin d’être gagné entre Android® et iOS®. Le premier occupe 80% du marché mondiale des smartphones suivi de iOS.

Du reste, là ou BlackBerry OS® et Windows Phone® se sont fait laminés, est ce que HarmonyOS va réussir? Dans tout les cas, c’est ce que semble dire Richard Yu, PDG du groupe. Basé sur une architecture micro-kernel comme le projet Fushia de Google, HarmonyOS est un système multi-machine, marchant aussi bien sur un smartphone, en passant par les hauts-parleurs connectés, la voiture bref, à la domotique et l’Internet des Objets. Conférence des Développeurs oblige, le nouvel OS joue la carte du “Codez une fois, diffusez partout“. En effet l’IDE dénommé ARK, fourni semble prometteur car permet aux applications de s’afficher correctement sur toutes tailles d’écrans. Egalement HarmonyOS est open source.

Les états africains et les développeurs doivent prendre l’exemple.

 

Comments

comments