Le laboratoire d’incubateur de start-up Jokkolabs a organisé en partenariat avec le Ministère de l’Economique numérique et des Télécommunications, la semaine mondiale de l’entreprenariat. La cérémonie de clôture de cet évènement, ce samedi à la place du souvenir, a été une occasion pour inciter les jeunes à entreprendre pour sortir du chômage.

Les jeunes entrepreneurs du Sénégal, plus particulièrement ceux évoluant dans le domaine des start-up, ont célébré à l’image du reste du monde la semaine mondiale de l’entreprenait qui s’est déroulée du 18 au 24 novembre. Ainsi, durant toute cette semaine, des Pme et Pmi, ainsi que des start-up Sénégalaises se sont réunies à la ‘’place du souvenir africain’’ avec des expositions sur leurs différentes offres. Une manière d’attirer de potentiels clients et de sensibiliser les partenaires sur leurs différentes offres. Lors de sa clôture, ce samedi, l’incubateur de start-up, Jokkolabs, initiateur de l’évènement, a organisé des panels sur l’importance de l’entreprenariat numérique pour la création d’emplois des jeunes. Une manière de discuter et d’échanger sur les nouvelles opportunités et les risques liés à l’entreprenariat.

Lire aussi l’article : Grand Entretien avec Karim Sy : ” tout, sur ses projets et ambitions (Jokkolabs, CNN, CAF..)

’L’emploi salarié a montré toutes ses limites. C’est pourquoi, il faut promouvoir l’entreprenariat numérique pour absorber le chômage des jeunes. Cependant, Jokolabs à lui seul ne peut pas réduire les problématiques autour de l’entreprenariat. C’est pourquoi, il est nécessaire de réunir l’ensemble de l’écosystème pour porter ce plaidoyer pour que cette volonté politique qui commence à émerger puisse davantage être marquée pour accompagner les entrepreneurs. Il faut également mettre en œuvre toutes les politiques nécessaires dans l’accompagnement et dans le suivi des entrepreneurs, depuis l’école jusqu’à l’entreprise’’, déclare Fatim Niang Niox, directrice exécutive de Jokkolabs.

Mme Niokos estime, par ailleurs, que l’Etat ne fait pas encore assez pour les entrepreneurs, même s’il existe ‘’de belles synergies et une volonté politique qui a commencé à se peaufiner avec la mise en place de plusieurs mécanismes et structures d’accompagnement. C’est pourquoi, elle invite l’Etat à davantage renforcer ses structures d’accompagnement déjà existantes et à les compléter par de nouvelles et surtout à encourager les entrepreneurs par des vacances fiscales, par la mise en place de cadre favorable. Sur ces points, le représentant du ministère de l’Economie numérique et des télécommunications à la cérémonie a tenu rassurer la patronne de Jokkolabs. En effet, selon Achille Malick Ndiaye, l’Etat est prêt à accompagner davantage les jeunes entrepreneurs en ce qui concerne le conseil, l’orientation ainsi que le financement.

‘’Nous sommes dans une démarche stratégique qui est inclusive et collaborative. Le ministère, en tant qu’autorité de tutelle, a l’obligation d’accompagner tous les citoyens, quelles que soient leur origine et leur localisation géographique. Donc, dans le cadre de l’entreprenariat, surtout numérique, nous avons l’obligation d’accélérer et d’incuber toutes les entreprises à travers des mécanismes ou bien des initiatives telles que Jokkolabs qui constitue un relais pour aider les entreprises à mieux entreprendre’’, a-t-il déclaré.

Cette 6éme édition de la semaine mondiale de l’entreprenariat avait pour thème : ‘’Un écosystème fort par tous et pour tous’’. Le parrain était feu Amath Amar, ancien dg de NMA Sanders. Une manière de rendre hommage à l’entrepreneur et d’offrir aux jeunes un exemple.

Abba Ba