La startup YUX lancera ce jeudi 07 Novembre à Dakar, une étude intitulée « Ready… Set… Gaming ! » sur l’usage des jeux vidéo en Afrique. L’étude réalisée à Dakar  et à Abidjan a pour objectif de révéler des données utiles pour les entrepreneurs afin de pouvoir créer de nouveaux jeux en phase avec les réalités et les habitudes numériques des joueurs en Afrique, et que le continent prenne sa place dans le marché mondial.

En effet selon le communiqué parvenu à Socialnetlink, “il y avait environ 23 millions d’adeptes des jeux vidéo en Afrique en 2014. Ils seraient plus de 500 millions aujourd’hui.

Lire aussi l’article : Comment développer des Jeux Vidéos avec Scratch

Cependant, l’Afrique ne représenterait qu’1 % du marché mondial du jeu vidéo. 310 millions de dollars par an selon le géant de l’audit PwC, mais qui pourraient atteindre 642 millions de dollars d’ici 2021. Et les jeux conçus par des Africains, où les jeunes du continent se retrouveraient, sont encore très peu nombreux même si on assiste à une poussée des développeurs sur le continent, des événements, des compétitions. Cette croissance est portée par la démographie, avec une part de la population jeune très importante, mais aussi la pénétration de l’Internet et la démocratisation des smartphones.”

Quels types de jeux sont appréciés et pourquoi ? Quelle est la fréquence et le temps de jeu ? Quels sont les personnages préférés ? Les préférences varient elle en fonction du genre des joueurs ? Existe-t-il une envie pour des jeux au contenu culturel africain ? Quels sont les profils des joueurs, payent-ils pour jouer, les moyens de paiement en Afrique sont-ils adaptés ?

Telles sont, entre autres, les questions auxquelles répond l’étude, en détaillant les particularités de ce marché naissant et exponentiel à l’image du marché mondial.

Dans la lignée de cette étude, YUX s’est associé avec Kayfo Game Studio, un studio de développement de jeux vidéo sénégalais, pour lancer le jeu AfroJuggle au moment de la CAN 2019. Kayfo illustre parfaitement la nouvelle génération d’entrepreneurs dans ce domaine en Afrique et a bénéficié des données de l’enquête.