Le Sénégal progresse dans son engagement à faire des Startups innovantes un vivier d’emplois et un moteur de la transformation économique du pays. Il planche actuellement sur un cadre d’investissement incitatif qui prend la forme d’un projet de loi, similaire au Startup Act tunisien.

Le 5 décembre 2019, Amadou Hott (photo), le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, a déclaré que le texte juridique est actuellement en phase d’étude à l’Assemblée nationale.

Pour le ministre – qui s’exprimait lors de la conférence de presse organisée par la Banque islamique de développement, en prélude du Sommet des transformateurs pour l’atteinte des objectifs de développement durable (ODD) qui se tiendra le 9 décembre 2019 à Dakar, « l’objectif du gouvernement est que les jeunes, les innovateurs, d’où qu’ils viennent, qu’ils soient du Sénégal, d’Afrique et d’ailleurs, puissent se positionner au Sénégal, inventer au Sénégal, vendre au Sénégal, vendre en Afrique, vendre dans le reste du monde et employer des jeunes Sénégalais et des jeunes Sénégalaises ».

Amadou Hott a souligné que la nouvelle loi va prévoir des dispositions qui permettront aux Startups sénégalaises « de se développer et prospérer dans tous les secteurs d’activités ».

(Agence Ecofin)