La coupure de deux câbles de fibre optique sous- marins celui de WACS et SAT3 aux larges des côtes camerounaises ont causé la dégradation ou l’interruption de l’accès à Internet dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest.

En effet, ce sont des câbles situés à 300 Km des côtes camerounaises et qui connectent 12 pays de la région.

Une information confirmée par l’Autorité de Régulation de la poste et des Télécommunications de la République démocratique du Congo mais aussi par le Directeur Réseaux et Services internationaux d’Orange, Jean- Luc Vuillemin.

Contacté par Jeune Afrique, ce dernier a déclaré qu’il faudra, environ six jours avant de se rendre sur place et autant de jours pour tout réparer.

Lire aussi: Les coupures d’Internet ont coûté à l’économie mondiale plus de 8 milliards de dollars.

D’après Netblocks qui s’occupe de la surveillance de l’état de la connexion Internet à travers le monde,  ce sont des pays comme l’Angola, le Botswana, le Gabon, la Gambie, le Mali, la Mauritanie, la Namibie, le Niger, la Zambie et le Zimbabwe qui ont été plus ou moins gravement concernés par la panne.

Quant à l’opérateur MTN qui possède 11 % du WACS, des difficultés ont été constatées au Congo-Brazzaville, au Nigeria, au Ghana et en Côte d’Ivoire.

Lire aussi: Rencontre avec les opérateurs: l’ARTP veut mettre fin à la mauvaise qualité du réseau

Incident sans aucun impact au Sénégal

Au Sénégal, « l’’incident est sans aucun impact pour le trafic de la Sonatel. Le Sénégal étant sur le segment nord de SAT3 (entre le Ghana et le Portugal) et il n’y aura pas de ralentissement grâce à ces investissements importants sur les câbles sous-marins », assure à Jeune Afrique, Abdoul Ly, Directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes.

Comments

comments