C’était le plus grand défi du FBI voire de la Justice américaine : hacker un iPhone dans le cadre d’enquête.

Le dernier iPhone fabriqué par Apple a été déverrouillé grâce à un boitier GrayKey qui coûte environ 1 800 000 FCFA.

Désormais, si toutefois les employés de Tim Cook n’arrivent pas à détecter cette faille dans l’iOs, le FBI n’aura plus besoin de demander une collaboration de Apple dans ses enquêtes.

Lire aussi: Hacking d’un iPhone: quand Apple défie Trump et la justice américaine!

Le FBI souhaitait réussir à déverrouiller l’iPhone de Baris Alis Koch, un homme soupçonné d’avoir aidé son frère à quitter les États-Unis après sa condamnation. Selon son avocat, l’appareil était verrouillé et les autorités n’ont pas pu utiliser le système du Face ID. À la place, le FBI a utilisé le boîtier GrayKey, conçu par Grayshift, une société fondée par un ancien d’Apple, qui coûte environ 30 000 dollars. Si le système était déjà connu, ce succès montre que Grayshift a pu mettre à jour sa technologie. Jusque-là, le boîtier fonctionnait uniquement sur des iPhones évoluant sous iOS 12 (ou des versions antérieures). Cette fois, c’est le dernier iPhone de la marque qui a été infiltré, rapporte le site Lepoint.

Dans un récent article nous vous informions que Apple reste fermement opposé à toute obligation légale de déverrouiller les téléphones de ses usagers, même si c’est dans le cadre d’une enquête pour meurtre…

Conséquemment, c’est une vraie défaite de l’entreprise.