Selon les chiffres annoncés, chaque année c’est près de 40.000 tonnes de déchets électroniques qui sont lancées dans la nature par le fait de l’homme. La révolution technologique a entraîné une vitesse croissante du numérique. Le matériel est de plus en plus performant et celui de dernière génération est  le plus prisé . 

Ce large choix de nouveau model entraîne des stocks importants de matériels obsolètes. Pour y faire face l’ADIE réfléchit dans la dynamique de dresser une planification sur le Projet de gestion des déchets des équipements électriques et électroniques (DEEE).

Lire aussi: Dématérialisation- L’ADIE accélère les procédures administratives

C’est au cour d’un atelier que la réflexion a été lancée pour mailler le territoire national afin que les déchets électroniques issus des équipements de l’administration, du secteur privé et des ménages puissent être traités au Centre de Traitement de la Direction de la Solidarité numérique.

L’objectif est d’amener l’administration à renvoyer tout le matériel électrique et électronique usé au niveau de la DSN pour un traitement car il continue de faire des effets dans la nature et l’environnement afin de participer à la création de villes vertes.

« La finalité de ce projet est de mettre fin aux stocks non réglementés pour veiller sur la santé des populations. Il sera  question de revoir la réglementation de l’utilisation du matériel et celui de seconde main qui ne cesse de polluer le marché du numérique et des télécommunications » précise  Cheikh Ahmed Tidiane SENGHOR, secrétaire général de l’ADIE.