Les agents de la division spéciale de cybersecurité de la Police nationale du Sénégal sont très remontés contre les opérateurs de téléphonie. Pour cause, les multiples plaintes déposées par les citoyens qui tardent à aboutir du fait de la lenteur des réquisitions adressées aux opérateurs.

Ainsi, entre arnaque, pornographie, menaces, pédopornographie, extorsion de fonds et chantages, la plate-forme croule sur un volume de travail.

Selon  nos confrères de Atlanticactu  la division attire l’attention des autorités et des justiciables que les statistiques 2019 sur la gestion des réquisitions judiciaires, montrent une réelle obstruction aux enquêtes de la part de plusieurs acteurs privés des TIC.

Lire aussi l’article : Cyberintimidation  : ce que les écoles et les enseignants peuvent faire !

« En cause, le manque de réactivité et le peu d’intérêt que les Opérateurs de Téléphonie et d’Internet portent aux questions de sécurité des usagers. Il s’agit des multinationales de l’Internet, mais aussi et surtout des acteurs locaux », indique la source policière et de révéler « . La plupart des enquêtes sont fondées sur notre coopération avec ces grands groupes que sont FACEBOOK, GOOGLE, MICROSOFT, ORANGE, FREE, EXPRESSO etc. De leur prise de conscience dépend en grande partie la satisfaction des usagers. »

Sans faire dans le triomphalisme, la DSCPN renseigne que, malgré tous leurs bons résultats, ils seraient bien meilleurs, que si les Opérateurs ne se faisaient pas #complices# des délinquants qui sévissent avant de promettre.

« Les agents de la Division de cybersécurité promettent de continuer d’être à la tâche pour mettre hors d’état de nuire les délinquants ». Et pour finir, l’officier de lancer un appel, « C’est également l’occasion de faire un appel aux Opérateurs de téléphonie et d’internet pour une contribution réelle à la sécurité des biens et des personnes » lit-on dans le document