La Directrice générale du Fonds de financement de la formation professionnelle et technique (3FPT), Mame Aby Sèye, et le Coordonnateur du bureau sous-régional de la FAO pour l’Afrique de l’Ouest, Gouantoueu Robert Guei, ont signé lundi un accord de partenariat pour la mise à l’échelle du ‘’Programme d’accélération du modèle d’insertion des jeunes agripreneurs (MIJA)’’. 

‘’Grâce à la mobilisation de toutes les parties prenantes, il (le partenariat) permettra la formation de 15.840 jeunes dans les filières avicole, horticole, piscicole et en élevage, l’incubation de plus de 5.000 jeunes à travers les plateformes intégrées et la création de 5.000 entreprises avec l’appui des Collectivités territoriales pour un coût total estimé à 1. 888.200 000 FCFA (environ 3. 444. 207 dollars américains’’, a indiqué Mme Sèye. Elle s’exprimait lors de la cérémonie de signature de l’accord dans les locaux du Fonds de financement de la formation professionnelle et technique, en présence des experts.  

‘’La mise en œuvre de ce MIJA arrive à point nommé car elle contribuera à améliorer la gestion du phénomène migratoire aussi bien en amont avec la création d’emplois décents et le développement des capacités entrepreneuriales des jeunes en milieu rural, qu’en aval avec la réinsertion socio-économique des migrants de retour à travers l’agriculture et les opportunités développées en lien avec les chaines de valeur agricoles’’, a-t-elle ajouté. 

LIRE AUSSI  Agriculture, économie numérique ... : les obstacles à l’éclosion décelés par une étude

‘’La mise en œuvre de cet accord de partenariat va nous permettre de former et d’insérer environ plus de 15000 jeunes femmes et hommes et de mettre en place tous les mécanismes d’accompagnement et d’encadrement au sein des plateformes MIJA, des initiatives hors plateformes et des établissements de formation technique et professionnelle (EFPT) pour garantir la durabilité des emplois qui seront créés’’, a indiqué pour sa part M. Guei, également représentant de la FAO au Sénégal. 

 Aussi reste-t-il ‘’convaincu’’ que les équipes de 3FPT et de la FAO ‘’ne vont ménager aucun effort pour une exploitation de toutes les niches d’emplois agricoles et non agricoles y compris une exploration dans les nouveaux métiers du numérique et de la digitalisation ainsi que la promotion des métiers de la transformation et du conditionnement des produits des chaînes de valeur agrosylvopastorales et halieutiques locales’’.  ‘’La FAO par ma voix, renouvelle son soutien et son accompagnement au Gouvernement du Sénégal qui ne cesse de déployer d’innombrables efforts pour une mise en œuvre efficace et efficiente de la vision de son Excellence Macky SALL, Président de la République du Sénégal, pour une promotion rapide de l’emploi et de l’employabilité des jeunes hommes et femmes dans les métiers de l’agriculture (…)’’, a-t-il ajouté. Il a rappelé que la crise de la COVID-19 a affecté différents secteurs de l’économie nationale et exacerbé la situation de précarité, voire de perte d’emplois pour une bonne majorité de jeunes, pour la plupart dépourvus de qualification professionnelle. Près de 75% de ces jeunes sont dans l’informel, a-t-il expliqué, précisant que seulement 6% des demandeurs d’emplois sont qualifiés.  

LIRE AUSSI  Le Réseau des blogueurs du Sénégal se connecte au développement de l’agriculture

‘’Le Sénégal dispose pourtant d’un remarquable potentiel de son secteur agrosylvopastoral et halieutique lui permettant de tirer profit des opportunités d’emplois agricoles comme non agricoles’’, a souligné Gouantoueu Robert Guei.  

‘’C’est pourquoi, il me plait de mentionner ici que la dynamique de reconstruction et de valorisation des systèmes de production agricole est gage d’une bonne exploitation des chaines de valeur agricoles pour favoriser l’employabilité des jeunes’’, a-t-il insisté.

Avec Aps

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet