La Fintech africaine Cinetpay a lancé, le jeudi 08 juillet à Dakar, sa solution innovante sur la dématérialisation des procédures de paiement réservées aux écoles et universités du Sénégal.

Fini les problèmes de paiements de scolarités ou  d’inscriptions dans les écoles et universités au Sénégal. La Fintech Cinetpay a présenté hier à plusieurs responsables, directeurs administratifs & financiers des écoles et universités, en présence de la représentante de la Directrice  de la promotion de l’économie numérique et du partenariat, une solution de paiement sécurisée facile et  adaptée pour faire gagner du temps aux établissements dans le processus de recouvrement.

La valeur ajoutée de notre solution c’est tout d’abord  le confort au niveau de la comptabilité. Nous voulons  permettre aux parents d’élèves de pouvoir payer les frais de scolarité de leurs fils à la maison sans se déplacer. La digitalisation de ce processus permet à l’administration de l’école de pouvoir vérifier en temps réel les paiements des élèves ou étudiants» a déclaré Schadrach Cedric ABDOULAYE, Country Manager de Cinetpay.

La fintech a pour ambition de digitaliser d’ici 2023 toutes les écoles partenaires qui le souhaitent. 

LIRE AUSSI  RDC: Kinshasa accueille son premier Sommet numérique

«Nous proposons aussi  des plateformes digitales pour les écoles qui ne disposent pas de site web, en plus d’une carte digitale utilisable pour l’étudiant qui souhaite faire d’autres achats liés à son établissement» a ajouté Cedric ABDOULAYE.

Certifiée Pci/Dss, Cinetpay  offre des terminaux de paiement électronique mobile qui peuvent encaisser des paiements par carte bancaire ou carte prépayée. En plus de cela, les TPE  permettent  de payer et encaisser de l’argent via les wallet  Mobile Money existant.

 Une innovation dans le processus de dématérialisation proposée uniquement pour le moment par la fintech Cinetpay qui veut occuper très rapidement le marché des établissements scolaires tout en garantissant les délais de disponibilité des fonds collectés suite aux versements avec un taux de commission très faible.

Selon Alioune Ndiaye Directeur Exécutif  de Supinfo, la solution de Cinetpay  sera très intéressante au niveau des   transferts internationaux.

«Dans  notre école nous avons déjà, en interne, une plateforme pour la gestion des étudiants,  mais, avec ce que nous propose Cinetpay, nous allons l’étudier et voir comment l’adapter en cas de besoin sachant que nous avons démarré depuis la pandémie covid19 beaucoup de cours en ligne. Le paiement via l’international que propose la fintech sera intéressant pour nous .»

LIRE AUSSI  Portrait- Dr Sidy NDAO, un génie sénégalais en robotique et mécanique

Pour sa part, Madame Thiongane Diouldé a exprimé toute sa satisfaction de voir que des fintech sénégalaises participent à l’émancipation et à la facilitation des paiements dans les écoles et universités. 

«Vous avez très tôt compris l’importance capitale du numérique associée au finance, construction d’une Afrique émergente en phase avec l’évolution scientifique et technologique du monde. Vous êtes en train de poser une à une, les pièces du puzzle pour une Afrique numérique. Le numérique et les technologies émergentes sont au coeur  de modernisation des systèmes d’apprentissage, à  cet effet, il nous appartient d’en saisir toutes les potentialités pour permettre à nos enfants de jouer un rôle important dans la révolution numérique en cours» a déclaré la représentante de la Directrice de la promotion de l’économie numérique et du partenariat. 

Lancée en 2016, Cinetpay est aujourd’hui présente dans 6 pays d’Afrique et propose également des solutions d’encaissement et de transfert d’argent en ligne via mobile Money et carte bancaire en Afrique francophone.

Elle   travaille en collaboration avec plusieurs acteurs du secteur privé comme public. La plateforme échange chaque mois  plus de 4,5 milliards de FCFA avec au total, 600.000 transactions sécurisées en moyenne associées à plus de 4000 marchands déjà disponibles dans le réseau partenaire de Cinetpay.

LIRE AUSSI  Burundi- MyOffice fournira des licences pour une valeur totale de 220 millions de roubles

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet