Afrique

2017, l’année de l’émergence du M-paiement au Maroc ?

Mpay Maroc

Le 9 mai 2017 se tiendra la première édition du Mpay Forum au Sheraton de Casablanca.  Une rencontre de haut niveau dédiée à l’ensemble de l’écosystème du paiement mobile.

Aujourd’hui au Maroc, la majorité des transactions sont réalisées en espèces. Malgré des coûts relativement élevés, les paiements par chèques, cartes, virements ou prélèvements bancaires subsistent même si les volumes sont très faibles (4 à 5 transactions annuelle par habitants). C’est 10 fois moins que dans les pays émergents.

Pour combler ce gap et réduire les coûts des transactions, le Mpaiement, considéré à juste titre comme un système innovant pour accélérer le business, est la meilleure solution pour booster les usagers dans des domaines aussi divers comme pour le transfert d’argent, le paiement de produits et services auprès des clients, la réception des cotisations sociales, l’achat de recharges téléphoniques, les Règlements des factures d’électricité, d’eau, de télécommunications etc…

Lire aussi l’article: “Kenya : WorldRemit, le géant des transferts de fonds de mobile à mobile

Ce marché ne représente pas moins de 400 milliards de Dirhams selon une récente étude. Face à ces enjeux, l’ANRT, la Banque Al-Maghrib et d’autres institutions mettent en œuvre des règles techniques, économiques et réglementaires pour la création d’une plateforme partagée permettant d’offrir des solutions de paiement via téléphone mobile aux utilisateurs finaux.

Au Maroc… et en Afrique ?

Au moment où les établissements financiers et les opérateurs mettent en place des stratégies afin de tirer profit des opportunités du mobile pour créer de la valeur ajoutée au sein de la relation client, il est temps d’offrir à l’Afrique son rendez-vous orienté vers les nouveaux usages mobiles du Mpaiement et du MBanking. C’est l’ambition que s’est fixé Cio Mag et ses partenaires pour faire de Casablanca un hub régional dans ce secteur.

Plus de 50% des 270 offres de « mobile banking » commercialisées dans le monde se trouvent en Afrique et, sur les 134 millions de comptes actifs répertoriés en 2015, 84 millions sont en Afrique subsaharienne, devenue le véritable épicentre de la « mobile money », selon les données de la GSMA (l’association mondiale des opérateurs mobiles).

Avez – vous lu l’article ? : Le Sénégal, vice-champion du mobile banking dans la zone Uemoa

« L’Afrique a été très pionnière par rapport à l’Asie et à l’Amérique latine en raison de son faible taux de bancarisation, de l’insécurité qui freine les déplacements dans certains pays mais surtout de la présence d’opérateurs innovants », relève Jean-Michel Huet, de BearingPoint dans une interview accordée au journal La Tribune.

Face à la multiplicité des acteurs, une stratégie globale et cohérente de gouvernance centrée sur les besoins des clients s’impose pour, à la fois permettre une meilleure interopérabilité et une garantie de résultat pour les usagers.

Lire la suite de l’article sur CIO Mag

Comments

comments

Comments
To Top