Télécommunications

Angola : le premier satellite national, AngoSat-1, sera finalement mis en orbite en décembre 2017

Au cours d’un entretien accordé à Xinhua la semaine dernière, Manuel Homem, le directeur général de l'institut national pour la promotion de la société de l'information en Angola (INPSIA), a déclaré que l’AngoSat-1 sera mis en orbite en décembre 2017.

Au cours d’un entretien accordé à Xinhua la semaine dernière, Manuel Homem, le directeur général de l’institut national pour la promotion de la société de l’information en Angola (INPSIA), a déclaré que l’AngoSat-1 sera mis en orbite en décembre 2017. En février dernier, José Carvalho da Rocha, le ministre des télécommunications et des technologies de l’information, l’annonçait plutôt pour le troisième trimestre 2017.

Manuel Homem a expliqué que le gouvernement place de grands espoirs dans cette infrastructure télécoms dont les capacités de transmission supplémentaire qu’elle apporte vont servir à améliorer entre autres les services télécoms, accélérer la mise en place de services spécialisés tels que la télémédecine et l’enseignement à distance. Il a ajouté que le satellite qui couvrira une partie de l’Afrique et de l’Europe, pourrait également susciter des retombées économiques en Angola par la vente de ses services en devises locales.

En attendant la mise en orbite effective de l’AngoSat-1, Infrasat Telecommunicações, société à qui le gouvernement angolais a confié la gestion du satellite, commercialise déjà ses capacités de transmission depuis juillet dernier aux entreprises qui désirent réserver de la bande passante pour l’utiliser, une fois le satellite lancé. La société a déjà signé un accord avec la télévision publique d’Angola et Renatelsat, opérateur en République démocratique du Congo.

Lire aussi : Mohamed Demba Diop fabrique une imprimante 3D avec 5.000 F CFA

AngoSat-1, acquis auprès du consortium formé de RSC Energia, Telecom-Projecto 5 et Rosoboronexport, sera lancé à partir du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan sur une fusée ukrainienne. L’infrastructure d’une durée de vie de 15 ans, d’une valeur de plus de 300 millions de dollars US, a été financée en partie par la banque publique russe Ruseximbank. Sa construction débutée en 2015 a été supervisée par la Commission interministérielle pour la coordination générale du programme spatial national et le Bureau de gestion du Programme spatial national (GGPEN), créés en 2013.

Source : Agenceecofin.com

Comments

comments

Comments
To Top