Dans le cadre de la journée internationale des Jeunes filles dans les TIC célébrée la semaine dernière, Social Net Link a fait son choix sur une jeune étudiante très brillante qui a fait du digital, sa vision du future. 

Khadidiatou F. SAMB est son nom. Elle travaille dans la communication dans une institution publique d’enseignement supérieur sénégalaise. Elle a bien voulu répondre à nos questions.

Titulaire d’un Bachelor in Business Administration (BBA) de l’Institut supérieur de Management (ISM) et d’une licence en civilisations et littératures du monde anglophone de l’Université virtuelle du Sénégal (UVS), Aux fins d’être en phase avec ses aspirations professionnelles et personnelles, elle suit deux masters : en marketing et communication à l’ISM Thiès et en sciences de l’éducation, parcours technologies éducatives à l’UVS.

A travers ce dernier, son objectif, en immersion dans le secteur de l’enseignement supérieur autour du numérique, est de se former, de se valoriser et gagner en expérience, de s’inspirer et s’ériger des pratiques pédagogiques autour du digital, mais aussi de découvrir des solutions innovantes inhérentes à l’ouverture de l’accès et à la promotion de l’éducation et la formation au Sénégal, et ailleurs. Habituée du e-learning et curieuse, elle renforce continuellement sa formation à l’aide des plateformes de formation ouvertes et accessibles sur des domaines liés aux médias sociaux, à la communication, au marketing et à l’éducation.

Lire aussi l’article :Cinq étudiants de l’UVS participent au Concours Africain de Procès Simulé au Ghana

Ayant développé une expérience dans des organisations commerciales, institutionnelles ou associatives, locales ou internationales, elle se trouve une grande passion dans les médias sociaux et la communication, en général.

Elle s’intéresse actuellement aux usages pédagogiques mais surtout communicationnels des médias sociaux dans les institutions d’enseignement supérieur au Sénégal.

Pourquoi vous vous intéressez à la technologie?   

C’est tout naturel pour notre génération, c’est un fait. En outre, on ne peut s’en soustraire aujourd’hui, et ce, dans tous les domaines prioritaires. La technologie a un énorme potentiel de servir l’éducation et la formation. Je pense alors qu’il faut une masse critique de jeunes consciente de ses enjeux afin d’en tirer les meilleurs usages et servir à la résolution des défis qui interpellent les populations.

Il y a donc beaucoup à faire, beaucoup à découvrir et beaucoup à apprendre, d’où la nécessité de diversifier et construire, au besoin, des profils hybrides en capitalisant les compétences et connaissances des jeunes, même d’ordres littéraires. Les opportunités pour nous jeunes sont innombrables, tant dans la formation (certifications, mooc etc.), la recherche d’emploi, l’insertion, le développement professionnel, le networking et les nouveaux métiers, pour ne pas dire l’ensemble de la construction d’un projet de carrière.

Lire aussi l’article : E-santé : Awa Ndiaye, l’entrepreneure qui veut sauver l’Afrique avec sa startup Njureel

Elle transcende plusieurs barrières ou étale plusieurs horizons. Il s’avère donc important d’y aller consciencieusement, de se mettre à jour continuellement et de l’utiliser à bon escient pour l’atteinte de nos objectifs. J’en appelle alors à la maturité des jeunes de ma génération.

Que doit-on faire selon vous  pour avoir des leaders femmes dans le domaine des TIC?

Il est important de revoir les curricula et les adapter aux besoins actuels des organisations et des communautés sociales, pour agir à la base. En outre, je me réjouis de voir toutes ces organisations féminines autour des TIC en train de former, sensibiliser, renforcer, accompagner et offrir des opportunités de réseau aux femmes et aux filles.

Il est également nécessaire de susciter cet intérêt très tôt chez les filles, mais aussi les maintenir dans une offre de formation pratique et de qualité tout au long des cycles. A cela, à compétence prouvée, ajouter qu’il faut leur permettre l’accès aux sphères de responsabilité et de décision en agissant sur les leviers d’un leadership féminin.

Quel est votre rêve en tant que femme ?

Un pays et un monde de paix où femmes et hommes ont accès à une éducation de qualité, jouissent de leurs droits respectifs et travaillent ensemble à relever les défis qui interpellent leur communauté de la manière la plus éthique et humaine.