Elle est une jeune fille dakaroise âgée de 22 ans. L’étudiante en 3e année de Licence en Économie Numérique à l’ École Supérieure Multinationale des Télécommunications de Dakar fait partie de cette génération qui ose faire des études sur les nouveaux métiers du numérique.

Elle a mis en place la start-up Njureel Services qui est basée sur la recherche de solutions E-santé. La technologie déployée est un système de télé-médecine qui permet le suivi régulier et personnalisé à distance des femmes enceintes.

Awa Ndiaye créatrice de la Startup Njureel invitée au Palais de la République
Awa Ndiaye créatrice de la Startup Njureel invitée au Palais de la République

Awa, la jeune étudiante se donne toujours les moyens de réussir et de se surpasser. Quand elle parle de son vécu avec les TIC, c’est avec une voix déterminée :

« Je suis une vraie amatrice de challenges qui croit qu’il n’y a pas de limites pour une fille digitale de poursuivre son étoile peu importe où elle se trouve. J’ai eu la chance d’être très tôt initiée à l’informatique depuis la classe de CI ».

Cette initiation à l’informatique dès le bas âge a créé chez Awa tout cet amour des technologies, car elle l’a permise de manipuler très tôt et avec aisance les outils informatiques mais plus encore, de s’adapter à l’évolution rapide de ces technologies

Lire aussi l’article : Awa Caba, CEO de Sooretul: « les femmes devraient entreprendre plus dans le numérique »

 

« Ceux qui ont  réalisé pour la plupart de grandes choses,  ont eu un accompagnement limité par rapport aux startups qui voient le jour. Plusieurs d’entre eux meurent parce que, contrairement au modèle américain, les investisseurs ne croient pas assez en eux . On note aussi un déficit de cadre  réglementaire et juridique adapté dans le secteur des TIC ce qui attire de moins en moins les entrepreneurs du digital.»

“Au Sénégal, les TIC sont un secteur en pleine croissance. Les autorités font tout pour mettre en place des infrastructures qualifiées avec tout ce que cela implique comme investissement . Mais, il faut  encore plus  la créativité pour faire un pôle digital.”

Ce que déplore la jeune étudiante en Économie Numérique c’est qu’il n’y a pas assez de capital humain formé ou initié à l’entreprenariat digital.  En plus, il y a aussi les questions de confiance numérique qui se posent et qui sont de véritables défis à relever.