mardi, mars 5, 2024

Le Sénégal réceptionne GAINDESAT, son premier satellite fabriqué par des ingénieurs locaux

0 commentaire

Le Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, professeur Moussa BALDE a réceptionné le micro-satellite fabriqué par des ingénieurs sénégalais au Centre spatial universitaire de Montpellier (CSUM).

Un grand pas vers le développement du spatial

Le professeur Moussa Baldé a remercié les autorités universitaires de Montpellier pour la richesse de cette collaboration qui s’oriente spécifiquement dans transfert de compétences dans un domaine aussi stratégique que la recherche spatiale. Le Sénégal, indique le professeur Moussa Baldé,  vient aujourd’hui de faire « un grand pas sous l’ère Macky Sall dans sa marche pour le développement du spatial. Car, en plus d’avoir son premier satellite, le Sénégal dispose aujourd’hui de ressources humaines qualifiées dans le domaine de la conception, la fabrication et l’exploitation de satellite. Pour le ministre en charge de la Recherche et de l’Innovation, « en misant sur la formation des ressources humaines conformément aux instructions du président de la République, le Sénégal a choisi démontrer son savoir-faire scientifique et d’assumer sa souveraineté scientifique dans le domaine de la recherche spatiale ».

La pertinence de ce choix tient au fait que la plupart des pays notamment en Afrique s’oriente plus dans l’achat de satellites auprès de sociétés privées que de procéder eux-mêmes à leurs fabrications. « C’est là qu’intervient l’intelligence de ce programme, c’est-à-dire au lieu d’acheter sur le marché un satellite que vous pouvez perdre, là vous avez des étudiants parfaitement formés, de véritables ingénieurs dignes d’une vraie agence spatiale », précise-t-il.

Des données dans les domaines de l’agriculture, la santé, etc.

Le président de l’Université de Montpellier, Philippe Augé, a, pour sa part, magnifié l’exemplarité de ce partenariat qui traduit la volonté des autorités sénégalaises de développer la recherche. « Ce micro-satellite une fois qu’il sera lancé permettra au Sénégal de recueillir les données précises dans des domaines aussi importants que sont l’agriculture, la santé, etc., », fait-il observer.

Le coordonnateur du projet spécial au ministère de l’enseignement supérieur, professeur Gayane Faye, a rappelé la rigueur qui a présidé à la sélection des candidats : « Après une sélection rigoureuse effectuée par le comité technique, une première cohorte de 03 ingénieurs sortis de nos écoles d’ingénieurs a été envoyée au CSUM en octobre 2020 pour faire un mastère en conception et fabrication d’objets spatiaux puis une deuxième cohorte de 05 ingénieurs et 05 techniciens en octobre 2021. Ces ingénieurs et techniciens sous le coaching des ingénieurs du CSUM et le suivi des enseignants chercheurs sénégalais ont fabriqué le premier CubeSat Sénégalais que nous réceptionnons aujourd’hui», fait-il remarquer.

Les ingénieurs et techniciens sont issus de l’école polytechnique de Thiès, de l’Institut polytechnique de Saint-Louis de l’Université Gaston Berger et de l’Ecole supérieure polytechnique de l’UCAD.

Lancement prévu en 2024 avec SpaceX

Abordant les prochaines étapes, le professeur Gayane Faye a indiqué que le mirco-satellite que nous réceptionnons aujourd’hui sera expédié aux USA au début du mois de janvier pour être intégré dans une fusée Falcon 9 de la société space X pour un lancement dans le premier trimestre de l’année 2024.

Pour rappel, ce satellite dénommé GAINDESAT-1 (Gestion Automatisé d’INformations et de Données Environnementale par SATellite) permettra  de tester un certain nombre d’applications notamment la collecte de données environnementales et l’imagerie spatiale.