Après le Boot camp qui a réuni quelques jeunes filles de la région de Kolda, l’évaluation est au menu. Sur initiative de l’UNICEF Sénégal,  le projet Salmaïtou, compte prendre part à la réduction de la fracture numérique. 

L’Unicef et ses partenaires dont VOLKENO ont contribué à la formation de jeunes filles âgées de 10 à 18 ans sur différents sujets qui touchent le monde des technologies.

Lire aussi: Projet « Salmaïtou » : l’ Unicef forme une cinquantaine de femmes à l’ entrepreneuriat social à Kolda

Ces filles ont été formées d’abord sur la réalisation d’une maison connectée grâce à la technologie de l’internet des objets.

En plus de cela, elles ont découvert comment créer des plateformes et de sites web afin de lutter contre les mariages précoces grâce aux technologies de l’information et de la communication.

Enfin, la présentation d’un projet a été abordée pour ainsi permettre à ces filles d’avoir la capacité de défendre leurs créations.

A travers ce bootcamp, UNICEF s’unit avec des start-ups, des incubateurs et des créateurs pour former des filles afin de multiplier les apprentissages et les outiller. C’est aussi une occasion pour tester des modèles alternatifs d’éducation, repenser la façon de préparer les filles à leurs réussites et les accompagner dans l’utilisation de la Technologie et de l’ Innovation pour réduire la fracture numérique au Senegal.

La  start-up VOLKENO qui a été représentée par Mamadou B. BARRY partage ses impressions et les difficultés rencontrées lors de ces séances dont l’objectif était de faire découvrir aux jeunes filles de la région de Kolda les outils technologiques.