Dans trois mois, si vous n’acceptez pas les nouvelles conditions de l’utilisation de vos données personnelles par WhatsApp, sachez que vous aurez un accès limité aux fonctionnalités de WhatsApp.

Le 15 mai prochain, les nouvelles conditions d’utilisation de WhatsApp entreront en vigueur. Initialement prévu pour le 8 février, le projet de changement de règles de la messagerie instantanée, qui doit lui permettre de partager plus de données avec sa maison mère Facebook et ses entités, avait finalement été reporté face au tollé provoqué à travers le monde.

« Nous retardons désormais la date à laquelle les utilisateurs devront relire et accepter les conditions », avait ainsi indiqué l’application dans un article de blog publié mi-janvier, tout en tentant de rassurer les nombreux utilisateurs, qui ont décidé de délaisser WhatsApp au profit de Signal notamment.

Le service de messagerie mobile avait insisté pour expliquer que cela ne remettait pas en cause la sécurité et la confidentialité des conversations. En revanche, les nouveaux outils déployés par la plateforme pour discuter avec des entreprises serviront à proposer une publicité plus ciblée à partir des informations des habitudes de consommation. Ces données seront ainsi partagées avec Facebook.

LIRE AUSSI  WhatsApp: Plus de 100 milliards de messages échangés chaque jour

Que se passera-t-il à la date d’entrée en vigueur ?

Certains utilisateurs ont déjà vu apparaître une notification les invitant à accepter, ou refuser, les nouvelles règles de l’application. Dans son centre d’aide, WhatsApp a précisé les conséquences du choix qui sera fait. « Si vous ne les acceptez pas d’ici à l’échéance, WhatsApp ne supprimera pas votre compte », indique d’abord la plateforme.

En revanche, « vous n’aurez qu’un accès limité aux fonctionnalités de WhatsApp jusqu’à ce que vous les acceptiez. Pendant une courte période, vous pourrez recevoir des appels et des notifications, mais vous ne pourrez pas lire ou envoyer de messages depuis l’application »… Ce qui priverait WhatsApp de son principal intérêt.

L’application semble vouloir faire des compromis. Initialement, WhatsApp avait en effet prévu que les réfractaires aux nouvelles règles soient tout simplement exclus de l’application et ne puissent plus utiliser leur compte.

Les comptes supprimés ne pourront pas être restaurés

Par ailleurs, pour dissuader ses utilisateurs de migrer vers des services concurrents, dont Signal ou Telegram, qui ont enregistré des records de téléchargements ces dernières semaines, la messagerie instantanée de Facebook a prévenu que les comptes supprimés ne pourront pas être restaurés.

LIRE AUSSI  Plusieurs pays interdisent à Facebook d'utiliser les données de WhatsApp

« Si vous souhaitez supprimer votre compte sur Android, iPhone ou KaiOS, nous espérons que vous reconsidérerez votre décision. Nous ne sommes pas en mesure d’annuler cette opération, car elle efface l’historique de vos messages, vous supprime de tous vos groupes WhatsApp et supprime vos sauvegardes WhatsApp », a-t-elle averti.

Avec Boursier

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet