Le ministre de l’Economie numérique et des Télécommunications, Yankhoba Diatara, a assuré lundi de la volonté du gouvernement de faire son possible pour mettre fin aux abus constatés dans l’usage des réseaux sociaux, au risque de voir ce phénomène déstabiliser l’harmonie sociale.

 

« Le gouvernement du Sénégal est résolument engagé contre tous les abus sur les réseaux sociaux et pour cela, tous les moyens seront mis en œuvre », a-t-il déclaré à l’ouverture d’un atelier de lancement du cadre de concertation sur l’harmonisation et l’actualisation du cadre juridique du secteur des TIC.

« L’abus que certains font de l’utilisation des réseaux sociaux tend à s’exacerber et si l’on n’y prend pas garde », ce phénomène « peut déstabiliser notre harmonie sociale fondée sur la paix et la fraternité », a-t-il dit dans le cadre de cette rencontre de trois jours (7- 9 juin) dont il présidait le démarrage officiel des travaux.

Selon Yankhoba Diattara, le numérique ne doit pas être utilisé comme un moyen d’attenter aux valeurs morales et sociales, il doit être plutôt « un outil privilégié pour bâtir une personnalité économique et sociale, à travers un usage responsable ». « Malgré toutes les lois votées et les mesures prises, certains persistent à vouloir faire des réseaux sociaux une arme de destruction de la dignité humaine », a souligné le ministre. Il estime que l’harmonisation et l’actualisation du cadre juridique des technologies de l’information et de la communication (TIC) sont devenues une ’’nécessité absolue’’ pour le développement de l’écosystème du numérique sénégalais.

La Stratégie Sénégal numérique 2025 (SN2025) ne saurait selon lui « induire les mutations profondes à valeur ajoutée pour le secteur des TIC sans une revue exhaustive des décrets et lois en vigueur qui le régissent ». Il a rappelé que le Sénégal a adopté, depuis 2008, un ensemble de lois portant sur le cyberespace, dont la loi relative aux transactions électroniques et la loi d’orientation sur la société de l’information (LOSI).

Le ministre de l’Economie numérique et des Télécommunications a également cité la loi sur la cybercriminalité, celle sur la protection des données personnelles et sur la cryptologie. Seulement, face aux mutations et évolutions technologiques, « beaucoup de problématiques » identifiées telles que la cybersécurité, les paiements en ligne et l’intelligence artificielle ne sont pas prises en compte dans ces différents textes. Aussi cet atelier intervient-il « à un moment crucial » de l’évolution de la société sénégalaise, surtout que le président de la République Macky Sall n’a eu de cesse « depuis quelques mois », d’attirer l’attention des Sénégalais sur « les usages peu recommandables » des réseaux sociaux, a-t-il relevé.

Pour Yankhoba Diattara, la mise sur pied d’un cadre de concertation sur l’harmonisation et l’actualisation du cadre juridique du secteur des TIC « trouve tout son sens dans la mesure où elle reflète l’ambition réelle du gouvernement, déclinée dans la SN2025 actualisée ».

 

Par APS

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet