Le Directeur général de la Sonatel a réagi à propos des sanctions de l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP), après une étude sur la qualité de service. Selon Sékou Dramé, de telles décisions dans le futur, risquent de provoquer un retard dans le déploiement de la 5G au Sénégal. Il s’exprimait à Saly, lors de la réalisation d’un deuxième test de la technologie 5G.

En plus des éclaircissements délivrés ces derniers jours sous forme de communiqué, Sékou Dramé a profité de son discours officiel pour apporter une réplique au Directeur de l’ARTP qui insiste sur les manquements de la Sonatel.

Le Directeur Général de la Sonatel souligne que son groupe a permis de connecter à la fibre optique plus de 270000 ménages et entreprises du pays. Et que leur « ambition est d’accélérer encore les investissements dans ce domaine et atteindre plus d’un demi-million de ménages connectés à la fibre optique d’ici 2 à 3 ans. »

Selon lui, au Sénégal et pour tous les pays où Sonatel opère, l’objectif est d’aller  toujours au-delà de leurs  cahiers de charges.

« Cette croyance, cet attachement profond à la qualité de service, sont le meilleur gage que nous pouvons donner à tous les Etats qui nous font confiance en nous déléguant des missions de service public. J’en veux pour preuve la confiance que l’Etat du Bénin a placée en nous, en confiant les rênes de la SBIN à la Sonatel, avec l’espoir d’en faire la société qui impulsera la transformation numérique du Bénin » a t-il dit dans son discours.

Des coûts de licences ou de fréquences 5G exorbitants ou une régulation « punitive », risqueraient de provoquer un retard de 2 ans ou plus dans le déploiement de la 5G

Sékou Dramé, DG Sonatel

Pour répondre sèchement à l’autorité de régulation, Sékou Dramé explique: « des coûts de licences ou de fréquences 5G exorbitants ou une régulation « punitive », risqueraient de provoquer un retard de 2 ans ou plus dans le déploiement de la 5G au Sénégal, or, le Sénégal a l’occasion unique de lancer cette technologie en même temps que beaucoup de pays développés et cela pour le bien-être de nos populations, le développement de nos Entreprises et la Transformation Numérique de nos sociétés. »

Pour rappel, l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes ( ARTP) a infligé  à la Sonatel,  une sanction estimée à 16 727 712 422 FCFA  suite  aux  résultats de sa campagne nationale de mesures de la qualité de service et de la couverture des réseaux mobiles publiés ce jeudi 09 décembre 2021.