Technologie

Lutte contre la mendicité des enfants : Ousseynou Khadim Bèye sonne l’alerte grâce à sa touche technologique

ousseynou-Beye-Cross-Dakar-City-Jeu

L’ingénieur Ousseynou Khadim Bèye sonne la mobilisation contre le drame des enfants mendiants. Son contenu numérique « Cross Dakar city » (Traverser la ville de Dakar) suscite la compassion au Sénégal, en France, aux Etats-Unis, en Italie et un peu partout à travers le monde. Cette innovation sociale est classée comme l’une des grandes au World summit award (Wsa) 2015-2016, une initiative portée par les Nations unies.

L’ingénieur Ousseynou Khadim Bèye n’est pas insensible aux conditions de vie des enfants de la rue, particulièrement ceux qui mendient. Un phénomène qui prend de l’ampleur. L’ingénieur invoque les chiffres pour motiver son engagement à sensibiliser les autorités et les personnes sensibles aux conditions de ces sujets vulnérables aussi bien au Sénégal qu’à l’étranger. En 2010, rapporte-t-il, l’Ong Human rights watch révélait que 50.000 enfants mendiaient dans les rues des capitales et que la ville de Dakar en comptait, à elle seule, plus de 30.000. Ce chiffre se passe de commentaire pour ce Sénégalais âgé de 32 ans et qui est ingénieur généraliste à l’Ecole centrale de Lyon, en France.

Il avait débuté sa formation à l’Ecole supérieure polytechnique de Dakar. Ce fait de société n’exige pas une solution purement technique. Mais l’ingénieur utilise les opportunités des technologies de l’information et de la communication (Tic) pour mobiliser plus de sympathisants afin d’enrayer le fléau. « Cross Dakar city (Traverser la ville de Dakar) est un jeu pour Smartphone ou tablette dont l’objectif est de sensibiliser sur les dangers encourus quotidiennement par les enfants mendiants de Dakar, précisément ceux liés à la circulation automobile », explique Ousseynou Khadim Bèye.


Lire aussi l’article : Cross Dakar City finaliste au concours Apps Innovation awards 


« Cross Dakar city » met en scène un jeune mendiant, Mamadou, qui erre à travers les rues de Dakar. Il se faufile entre les voitures au risque de se faire écraser par des automobilistes qui se débattent pour se tirer des embouteillages. Le jeune Mamadou se démène pour trouver ses parents biologiques. L’ingénieur met en scène la misère pour susciter la compassion. « Outre son aspect divertissant, ce jeu permet de sensibiliser les uns et les autres sur la dure réalité peu médiatisée de la vie quotidienne des enfants mendiants en mettant en scène cette misère », argumente-t-il. Il est conscient qu’il ne gagnera pas cette bataille demain.

Les barrières socioculturelles se dressent sur le long chemin. « Selon Human rights watch, ces enfants sont soumis à des abus s’ils ne parviennent pas à collecter 2000 FCfa par jour. Le Sénégal a adopté une loi, en 2005, visant à arrêter ces abus. Cependant, le problème demeure toujours », glisse l’ingénieur avec des regrets.

Plus de 70.000 personnes touchées

Cross Dakar City
Il ne désespère pas. L’innovation a déjà été utilisée par 70.000 personnes à travers le monde. Les Sénégalais sont les plus touchés.

« Cross Dakar city » est téléchargeable gratuitement sur IOS et Android et Windows 10. «  A ce jour, il a été téléchargé plus de 70.000 fois (près de 80 % des téléchargements ont été faits depuis le Sénégal). La France arrive en deuxième position en termes de pourcentage de téléchargement, suivie de l’Italie et des États-Unis. Il a été également téléchargé dans plusieurs autres pays comme Allemagne, le Brésil, le Canada, la Côte d’Ivoire, l’Espagne et le Maroc », se félicite le concepteur.

Sur les réseaux sociaux, la mobilisation contre le fléau ne faiblit pas puisque plus de 25.000 personnes suivent « Cross Dakar city ». Ils interagissent. L’ingénieur compte passer à une autre étape. « Du côté des plateformes de téléchargements mobiles, les retours sont satisfaisants puisque le jeu obtient une note de 4,6/5. Pour la suite, une version 3D du jeu est en cours », évalue Ousseynou Khadim Bèye.

Nomination et distinction
La portée sociale de cette solution à la dure réalité des conditions de vie des enfants mendiants se mesure également par une distinction et une nomination. « La création de ce jeu m’a notamment valu une nomination aux « Bobs awards 2016 » de la Deutsche Welle dans la catégorie « Technologies au service du bien » qui récompense les meilleurs projets dans le domaine des médias dits « sociaux », commente l’ingénieur.

« Cross Dakar city » est classé comme l’initiative ludique la plus innovante au « World summit award » et en Afrique, une initiative portée par les Nations unies. Le World summit award (Wsa) récompense les innovations et les solutions numériques à un problème donné. Cette approche de sensibilisation est classée dans la catégorie des innovations, selon la définition de Nonert Alter. Pour lui, la distinction entre la nouveauté et l’innovation est claire. On parle d’innovation lorsqu’on peut acter un changement, une transformation dans les pratiques sociales.

Avec Idrissa SANE du Soleil 

 

Comments

comments

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

Les plus populaires

To Top