Actu Web

Comment le numérique dope le développement de l’Afrique

Comment un pays peut-il se développer quand il manque cruellement de routes, de lignes téléphoniques ou de moyens administratifs et financiers ? Grâce au numérique, ont répondu, avec un optimisme inébranlable, les intervenants des Journées Afrique, développement et numérique, à Paris la semaine dernière, sous la présidence d’André Vallini, secrétaire d’Etat chargé du Développement, et d’Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat chargée du Numérique.

« Jouer à saute-mouton »

Ce dernier permet en effet en quelque sorte de « jouer à saute-mouton » avec les infrastructures lourdes et coûteuses incontournables jadis. Le paiement électronique sécurisé est une réponse à l’absence de réseaux de guichets bancaires, les relais radio de la téléphonie mobile à celle de lignes fixes enterrées. En réduisant les tickets d’entrée dans tout un tas de secteurs d’activité, le numérique accroît la concurrence. L’e-commerce et l’e-administration vont révolutionner, par la réduction des coûts qu’ils induisent, l’économie des Africains, à en croire les responsables des diverses start-up présentes, telles que Coliba (contenus numériques), LiFi-LED (infrastructures), Go­Metro (e-gouvernement), i-Pay (moyens de paiement), PayGenius (paiement mobile) ou PAPS (services de coursiers).

Téléphone portable : deuxième marché mondial

Le téléphone portable, omniprésent (le continent constitue désormais le deuxième marché mondial en nombre d’abonnés), démultiplie les services rendus aux Africains, permettant par exemple à un agriculteur de repérer le marché à proximité offrant les meil­leurs prix pour sa récolte. Là où les transports sont longs et coûteux, Internet constitue aussi un précieux auxiliaire dans l’enseignement, via les MOOC (cours en ligne ouverts et massifs) ou la santé avec l’e-consultation.

Lire la suite de l’article sur Les Echos

Comments

comments

Comments
To Top