Télécommunications

Afrique du Sud : Dartcom Fibre Solutions ouvre une usine de fibre optique à Pretoria

La société Dartcom Fibre Solutions, contrôlée par New GX Capital, un groupe d’investissement focalisé sur l’énergie et les télécommunications, a ouvert une usine de fibre optique ce 24 octobre 2017. L’entreprise qui est basée à Pretoria, près de Mamelodi, a nécessité un investissement de 100 millions de rands (7,2 millions de dollars). Lorsque l’entreprise aura atteint sa vitesse de production optimale, elle a l’ambition de produire 12 000 km de câble de fibre optique par année.

La société Dartcom Fibre Solutions, contrôlée par New GX Capital, un groupe d’investissement focalisé sur l’énergie et les télécommunications, a ouvert une usine de fibre optique ce 24 octobre 2017. L’entreprise qui est basée à Pretoria, près de Mamelodi, a nécessité un investissement de 100 millions de rands (7,2 millions de dollars). Lorsque l’entreprise aura atteint sa vitesse de production optimale, elle a l’ambition de produire 12 000 km de câble de fibre optique par année.

D’après les explications de Khudu Pitje (photo), le président de Dartcom Fibre Solutions, les câbles de fibre optique seront produits sous la licence d’OFS, une partie de la Furukawa Electric Company. « Notre relation avec OFS remonte à 10 ans, lorsque nous avons commencé à distribuer leurs produits sur le marché sud-africain (…) Nous avons maintenant développé ces produits pour soutenir une usine de production locale.», s’est-il réjouit.

Avec sa fibre optique aux normes internationales, Dartcom Fibre Solutions compte accentuer sa présence de fournisseur de solutions pour infrastructure des télécommunications en Afrique. La société qui livre la fibre optique éteinte, les ouvriers pour l’installer et même les batteries de secours, distribue déjà ses produits vers d’autres marchés africains que sont le Mozambique, la Tanzanie, le Malawi et l’Angola à partir de ses bureaux de Gauteng, Cape Town et Durban.

Lire aussi : Afrique du Sud : le Discop de Johannesburg démarre pied au plancher

Khudu Pitje a indiqué qu’au moins 90% des personnes qui travaillent à l’usine viennent de Mamelodi et d’Eesterus. « Nous prévoyons d’étendre ou de doubler la capacité dans environ 18 mois si les fondamentaux du secteur des télécoms restent en place. Nous croyons que nous avons un produit compétitif. », a-t-il déclaré. Il existe encore d’énormes opportunités pour répondre à la demande accumulée de données en Afrique du Sud et dans la région en général. “Si vous regardez la taille de la population et les besoins en données, le continent est loin d’avoir atteint le sommet”, a-t-il souligné.

Source : Agence Ecofin

Comments

comments

Comments
To Top