Téléphonie

Taxe sur les réseaux sociaux au Bénin : le gouvernement recule sur sa décision

Après la flambée des prix de l’Internet mobile, les autorités béninoises ont décidé le 22 septembre de revenir sur la décision de taxer les services de communications électroniques. Une contribution qui pourrait être réintroduite sous une autre forme, préviennent certains spécialistes.

Soulagement chez les internautes béninois. Le 22 septembre, le gouvernement a décidé d’abroger la taxe sur les services de communications électroniques sur les réseaux. Alors que cet impôt était à l’origine d’une flambée des prix depuis le 19 septembre, les deux opérateurs de téléphonie mobile du pays – MTN et Moov – ont rétabli les anciens tarifs de connexion Internet dès le 23 septembre.

La décision d’abroger la contribution des usagers a été prise à l’issue d’une réunion du 22 septembre, regroupant autour du chef de l’État béninois Patrice Talon les membres du gouvernement, les opérateurs GSM et l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep).

Ces derniers ont ainsi constaté que « les modalités de mise en œuvre dudit décret par les opérateurs (…) sont de nature à rompre l’économie globale du secteur, au détriment des consommateurs, en particulier les plus modestes ».

Le gouvernement a notamment critiqué « le renchérissement des tarifs », « les perturbations techniques », l’annulation des anciens forfaits de milliers de consommateurs par les opérateurs ou encore l’insuffisance d’informations sur les nouvelles offres des opérateurs. Une série de couacs ayant entraîné des « désagréments dans la consommation du service Internet ». Enfin, les autorités béninoises ont reconnu que la mesure était de nature à entraver « la démocratisation de l’Internet ».

Hausse du prix de l’accès à Internet

Depuis le 17 septembre, les internautes se sont vu imposer un système de tarification à double vitesse (avec ou sans accès aux réseaux sociaux) ayant renchéri les coûts des opérateurs : « La similitude entre les nouveaux tarifs présentés par les deux opérateurs laisse soupçonner une entente illicite », a même condamné le gouvernement dans son communiqué du 22 septembre.

En réaction, l’Association des blogueurs du Bénin a lancé une campagne intitulée #TaxePasMesMo, une pétition qui a été accompagnée d’une action de désabonnement de milliers d’internautes de toutes les pages du gouvernement et des ministères sur les réseaux sociaux. Le parti d’opposition Forces cauris pour un Bénin émergent (FCBE) a condamné le « musellement des populations » et appelé à l’annulation de la taxe controversée.

Lire la suite de l’article sur Jeune Afrique

 

Comments

comments

Comments
To Top