La science va permettre de créer des « super- humains », une classe d’inutiles. Conséquemment, l’Intelligence artificielle va rendre possible la concentration des pouvoirs entre les mains de dictateurs.

Le philosophe et écrivain israélien, Yuval Noah Harari, s’est exprimé dans divers sujets qui font l’actualité lors d’une interview avec Paris Match.

Selon lui, l’intelligence artificielle est un danger car elle a permis actuellement de développer « des robots tueurs, qui peuvent assassiner n’importe qui sans l’autorisation d’un être humain.»

Pire encore, c’est la course entre pays développés qui, chacun ne veut pas être en retard dans ce domaine.

Or, pour l’auteur des « 21 leçons pour le XXIe siècle », on ne devrait pas encourager la création de ces “super-humains”. Il faudra arrêter car c’est un danger pour les êtres humains. Mais la difficulté c’est comment faire comprendre à ces puissances que c’est un danger pour l’humanité.

Si tout le monde ne s’accorde pas à penser que c’est une mauvaise idée, comment l’éviter ?

Si la France dit “C’est une mauvaise idée” mais que les Américains ou les Chinois croient à son bien-fondé, que pèsera la voix de la France ? Elle devra se résoudre à la développer pour se protéger. Seule l’Europe peut empêcher cela. Sans accord global, aucun pays n’y renoncera de lui-même.

Le philosophe rappelle dans son entretien  qu’aujourd’hui il n’y a pas encore d’exemple dans le développement de la conscience artificielle, on assiste au contraire à celui de l’intelligence artificielle (IA).

L’intelligence permet de résoudre des problèmes ; la conscience permet de ressentir la souffrance, le plaisir, l’amour ou la haine. Or, l’émergence de l’IA va laisser une partie des humains sur le carreau et créer une classe d’inutiles. Son autre danger est qu’elle va permettre la concentration des pouvoirs entre les mains de dictateurs, d’une élite…