Le Mobile banking est une réalité dans la contribution de l’Afrique dans les innovations numériques. C’est l’un des plus grands succès car il a permis de répondre au problème du faible taux de bancarisation selon Aminata NDIAYE, responsable marketing, expérience utilisateur et numérique pour l’Afrique et le Moyen-Orient chez Orange.

Lors du dernier Women in Business Annual Leadership Meeting qui s’est tenu à Paris, plusieurs chefs d’entreprises du continent ont échangé sur les influences des technologies dans l’environnement des affaires. Une occasion pour Aminata NDIAYE de revenir sur le rôle important du mobile banking.

La polytechnicienne estime que les outils et infrastructures ont permis de concevoir, puis de déployer des solutions alternatives pragmatiques, comme les services bancaires mobiles qui viennent répondre à des besoins propres aux réalités africaines.

Le Mobile banking a modernisé la gestion des liquidés

«C’est en intégrant les besoins locaux que les solutions africaines de mobile banking ont contribué à moderniser la gestion des liquidités et donc du système bancaire traditionnel. Avec un téléphone portable en main, les gens arrivent, grâce à l’innovation, à bien gérer leur argent sans devoir se rendre dans une agence. »

La responsable marketing du géant des télécoms en Afrique de l’Ouest soutient que  le mobile sert de support à cette technologie qui permet de manipuler tranquillement et en sécurité l’argent depuis son téléphone.

Lire aussi: Mobile Banking : Et si l’avenir du numérique en Afrique passe par le mobile

En plus, elle rappelle que les transferts d’argent se font sans devoir se déplacer. Donc, c’est un peu toutes ces potentialités qui nous ouvrent aussi une voie de développement alternatif pour l’Afrique.

Pour Aminata NDIAYE, l’apport des Africains dans ce processus d’innovation et de digitalisation se trouve dans le fait de pouvoir créer ce genre de rupture que constitue le mobile banking.

Le Kenya, un pionnier du Mobile banking

« Les initiatives en matière de mobile banking chez Orange et le succès d’Orange Bank en Europe sont inspirés de cette innovation apprise en Afrique, où s’est développé ce modèle alternatif.» déclare Aminata NDIAYE dans une interview avec scidev.

Lire aussi: Comment faire du Sénégal un champion du Mobile Banking ?

A côté de cette initiative, elle soutient qu’il y a deux formes de contributions.

D’abord, celle du secteur privé africain qui doit chercher à améliorer ses relations clients et fournisseurs par l’intégration des nouvelles technologies. En effet, cela génère de nouveaux débouchés pour les jeunes, avec des besoins en ressources humaines touchant notamment les développeurs et les experts en méga données.

Ensuite, il y a celle du secteur public qui est, quant à lui, impacté par toutes ces transformations qui sont sources de développement.

Comments

comments