La concurrence dans le secteur des télécommunications « commence à être un peu anarchique », posant des problèmes de sécurité nationale et de respect des droits du consommateur, a relevé jeudi le directeur de l’économie numérique à l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP), Ousmane Ndiaye.

M. Ndiaye est un des cadres qui accompagnent le Directeur général de l’ARTP dans sa campagne nationale de mesure de la qualité de service, entamée jeudi à Thiès. Evoquant les “SMS intempestifs” et les abonnés non identifiés, Ousmane Ndiaye a déploré le problème sécurité mais aussi de respect de l’intimité du consommateur. Il a rappelé que la loi interdit à tout opérateur d’envoyer un SMS au-delà de 20 heures, et ce, jusqu’au matin.

Concernant l’identification obligatoire des abonnés à propos de laquelle certains opérateurs fermaient les yeux, l’ARTP a sévi en ordonnant la résiliation de “5 millions de numéros” ne respectant pas la règlementation en la matière, a-t-il dit.

Pour pallier le retard de vente subi par les opérateurs, un serveur miroir, accessible à l’ARTP a été installé, afin de lui permettre de connaître en temps réel le profil des abonnés.

Des discussions sont aussi en cours avec les opérateurs pour gérer les détenteurs de la carte CEDEAO voulant intégrer le réseau, a indiqué Ousmane Ndiaye, qui souligne que « ce qui est fondamental pour l’Etat, c’est la sécurité des citoyens ».

Au sujet des promotions, le directeur général de l’ARTP a déploré le fait qu’elles sont « plus bénéfiques pour les opérateurs que pour les consommateurs ». Il relève que l’ARTP travaille non pas à interdire les promotions, mais à « pousser les opérateurs à baisser les tarifs réels ».

Par ailleurs, l’ARTP s’apprête à mettre en œuvre un projet, dont l’une des utilités sera d’empêcher les portables volés d’intégrer le réseau des opérateurs de télécommunications, annonce le directeur général de l’ARTP, Abdoul Ly. « Le métier de vol de portables n’a pas de beaux jours devant lui », a-t-il ironisé.