Fais à Nguer Malal Le 29/08/2020

À
Monsieur le Ministre de l’Éducation Nationale

Objet : réponse suite à votre circulaire n°2086 du 26 août 2020 portant sur l’attribution des premières classes (CI, CP et CE1) aux maîtres titulaires du CAP.

Monsieur le Ministre,
Je viens vous adresser cette lettre en guise de réponse suite à votre circulaire n°2086 du 26 août 2020 portant sur l’attribution des premières classes (CI, CP et CE1) aux maîtres titulaires du CAP.
Je ne suis pas d’avis avec les enseignants qui veulent jeter le bébé avec l’eau du bain. Il y a lieu de saluer le souci que vous portez à l’amélioration de la qualité des enseignements/apprentissages qui passe inéluctablement par la prise en charge des premières classes à savoir le CI, le CP et le CE1. Ces classes sont au cycle primaire ce que le fondement est à l’édifice car elles en sont même le socle. Beaucoup d’apprenant éprouvent des difficultés en classe de CM2 et ont lamentablement échoué parce qu’ ils ont raté la base. En effet, toute la communauté éducative devrait saluer cette quête de la qualité des apprentissages.

Quant à la répartition des classes, je vous conseille, Monsieur le Ministre, de laisser l’exclusivité de cette prérogative à nos directeurs et directrices d’écoles car ils connaissent mieux que quiconque leurs agents.

Par ailleurs, l’obtention du Certificat d’Aptitude Pédagogique (CAP) n’explique en rien l’habileté d’un enseignant ou d’une enseignante. Ce qui différencie les enseignant(e)s c’est l’engagement, la rigueur la motivation et non les diplômes… Inutile d’entrer dans les détails…

Pour améliorer la qualité des enseignements /apprentissages je vous conseille de bien vouloir explorer la motivation des enseignants au lieu de se centrer sur celle des apprenants en luttant contre les lenteurs administratives, la surimposition et j’en passe. La motivation de l’enseignant, influe directement en intensité et en qualité dans les enseignements/apprentissages des apprenants.

Monsieur le Ministre je vous prie de revoir les stratégies préconisées pour la prise en charge des ces classes car nous avons besoin d’équipes pédagogiques soudées et non de stigmatisation en notre sein ce qui peut impacter négativement sur la qualité des apprentissages.

M Djiby Niang
Enseignant à l’école élémentaire de Boudy Sakh

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet