La société West Africa Energy (100 % sénégalaise), s’est engagée à construire une Centrale à gaz de 300 mégawatts au Cap des Biches. Elle sera opérationnelle en 2022. Le ministre du Pétrole et des énergies Sophie Gladima a procédé, hier mercredi à la pose de la première pierre pour un coût global de 227 milliards de FCFA.

Des opérateurs économiques et chef d’entreprise sénégalais regroupés dans d’un consortium dénommé West Africa Energy (Wae) et dirigé par le ministre d’Etat Samuel Ameth Sarr se sont engagés à construire une centrale à gaz de 300 mégawatts au cap des Biches de Rufisque. Elle sera opérationnelle en 2022. Le ministre du Pétrole et des énergies Sophie Gladima a procédé à la pose de pose de la 1ère pierre de la «plus grande centrale à Gaz du Sénégal et de l’Afrique de l’ouest», souligne un document de presse.

Dans son propos, elle dira : «Cette cérémonie intervient dans un contexte où l’énergie, moteur principal du Pap2a avec l’électricité produite à partir du gaz dans le cadre de la stratégie Gas to Power est élevée au rang de priorité nationale pour un accès universel dès 2025». C’est pourquoi, poursuit-elle « je me félicite de la mise en place d’une telle initiative dans le contexte actuel qui requiert l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité à un coût abordable». Il est indéniable que le programme énergétique du Sénégal, élaboré sous «la vision éclairée du président Macky Sall, vise et mènera surement à l’indépendance énergétique, à la réduction des coûts de production et à un accès universel à une énergie propre dès 2025». Pour s’en réjouir dira-t-elle : «Nous sommes donc en train de réaliser un grand saut qualitatif pour notre pays en relation avec le secteur privé national dans son rôle de moteur de croissance».

LIRE AUSSI  Formations dans les Instituts Supérieur d'Enseignement Professionnel (ISEP)

Avant de conclure : «Ce projet permettra de conforter nos capacités de production tout en réduisant les consommations de combustibles grâce aux performances attendues du fonctionnement des unités de production au gaz. Il jouera également un grand rôle dans notre empreinte carbone. C’est donc notre façon pour nous d’apporter notre contribution, au-delà du mix énergétique réalisé dans le secteur, à la lutte contre le réchauffement climatique». Le directeur de West Africa Energy Samuel Ameth Sarr a, dans son mot salué l’attitude remarquable et patriotique des actionnaires qui «ont mobilisé 27 milliards de FCFA avec Coris Bank international ».

En outre, poursuit-il : « West Africa Energy a pu obtenir un financement avec son partenaire financier Africa finance coorporation à hauteur de 200 milliards de FCFA dont 85 milliards FCFA et le reste par une syndication avec deux autres partenaires financiers dont la prestigieuse Afrixim Bank».

Dans un document de presse de la Senelec, il est indiqué que ce projet inclut aussi les études d’ingénierie, les travaux de génie civil, les travaux électromécaniques ainsi que les infrastructures dédiées, la mise en service et le raccordement en 225 Kv et 90 Kv au réseau interconnecté. Il inclut également la formation, la recette en usine et la fourniture des pièces de rechange nécessaires pour le fonctionnement.

LIRE AUSSI  Clonage de voix : Ces logiciels qui peuvent faire dire n’importe quoi à n’importe qui…

Par ailleurs, cette puissance additionnelle permettra à Senelec d’accroitre la fiabilité de son parc de production et de mettre en œuvre la stratégie Gas-to-Power adoptée par l’Etat du Sénégal pour assurer l’équilibre entre l’offre et la demande d’électricité à moindre coût.

Avec Sud quotidien

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet