Le mois dernier, l’Agence internationale de l’énergie a proclamé que le temps des nouveaux investissements dans le pétrole et le gaz était derrière nous. Dans son rapport « Net Zero by 2050 : A Roadmap for the Global Energy Sector« , le guide de l’agence pour faire face à la crise climatique, l’AIE affirmé que si le monde a le moindre espoir d’atteindre la neutralité des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050 et de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius, alors le monde doit se détourner radicalement des combustibles fossiles.

Et ce, immédiatement.

La feuille de route de l’AIE visant à atteindre l’objectif « zéro émission » d’ici à 2050 n’est pas la première fois que des appels sont lancés pour que le monde passe le plus rapidement possible des sources d’énergie pétrolières aux sources renouvelables. Cette dynamique, qui se développe depuis des années, a rendu le financement des projets pétroliers et gaziers africains plus difficile.

Prenons l’exemple du groupe environnemental international Friends of the Earth. Après avoir menacé l’année dernière d’engager une action en justice contre la décision du Royaume-Uni de financer à hauteur d’un milliard de dollars le projet de GNL au Mozambique, Friends of the Earth s’en est pris au projet d’oléoduc d’Afrique de l’Est (EACOP).

L’organisation s’est jointe à plus de 260 groupes environnementaux pour demander aux banques commerciales de ne pas financer cet oléoduc, qui reliera l’Ouganda à la Tanzanie. Nous avons également constaté une diminution du soutien à la production africaine de combustibles fossiles de la part des organisations internationales, notamment la Banque mondiale, et des investisseurs privés, sous la pression des groupes environnementaux.

Et puis il y a eu la déclaration conjointe de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et de l’AIE de l’année dernière : elles ont décrit la faiblesse des prix du pétrole provoquée par la pandémie de COVID-19 comme une « occasion en or » pour les gouvernements de supprimer progressivement le soutien aux combustibles fossiles et d’ouvrir une ère d’énergies renouvelables.

Il est certain que les pays du monde entier devraient travailler ensemble pour prévenir les effets les plus catastrophiques du réchauffement de la planète, qu’il s’agisse de conditions météorologiques extrêmes, de sécheresse ou d’instabilité politique généralisée. Et, bien sûr, ces efforts concernés doivent inclure des engagements à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Je comprends également que ces objectifs sont alignés sur les buts de l’Accord de Paris. Et que plus de 125 pays ont adopté, ou envisagent d’adopter, des objectifs de zéro émission nette, y compris de nombreux pays africains.

Cependant, un mandat mondial pour un abandon immédiat des combustibles fossiles n’est pas la voie à suivre. Le chemin qui mènera les pays africains à des émissions nettes nulles ne devrait, ne peut et ne doit pas être le même que celui emprunté par les pays européens.

Le meilleur espoir de l’Afrique pour une transition énergétique réussie…

Une approche pragmatique qui répond aux besoins économiques et énergétiques des pays africains, doit exploiter le gaz naturel.

Pourquoi est-ce que je dis cela ?

Commençons par la pauvreté énergétique : Plus de 800 millions de personnes en Afrique sub-saharienne n’ont pas l’électricité. Soit-il n’en ont pas, soit ils n’en ont pas assez. Il est logique d’exploiter les abondantes ressources gazières de l’Afrique pour contribuer à atténuer ce problème.

Il y a aussi le potentiel du gaz naturel à donner un nouveau souffle aux économies africaines en difficulté qui subissent encore les impacts économiques brutaux de la pandémie du COVID-19. Le gaz naturel, abordable et abondant en Afrique, a le pouvoir de susciter d’importantes possibilités de création d’emplois et de renforcement des capacités, de diversification économique et de croissance.

Pourquoi les pays africains ne pourraient-ils pas tirer parti de ces opportunités ?

D’autant plus qu’un abandon rapide du pétrole et du gaz dans les pays africains n’aurait pas le même impact environnemental, pour ainsi dire, que dans les régions développées du monde. Si vous deviez combiner le dioxyde de carbone émis par toutes les nations africaines en 2019, vous constateriez qu’il est sept fois inférieur aux volumes émis en Chine et quatre fois inférieur à ceux des États-Unis.

LIRE AUSSI  SERTEM recrute Ingénieur Chef de projet GC

Je ne dis pas que les nations africaines devraient poursuivre indéfiniment leurs opérations pétrolières et gazières, sans se diriger vers des sources d’énergie renouvelables. Je dis que nous devrions fixer le calendrier de notre propre transition, et que nous devrions décider de la manière dont elle est menée.

Ce que j’aimerais voir, c’est un effort de coopération au lieu de la pression occidentale pour que les activités pétrolières et gazières africaines s’arrêtent brusquement.

Les partenariats. À quoi cela ressemble-t-il ?

À des relations fondées sur le respect, la communication ouverte et l’empathie. Cela commence par la conviction que, lorsque les dirigeants, les entreprises et les organisations d’Afrique disent que le moment n’est pas venu de mettre fin à nos activités liées aux combustibles fossiles, nous avons raison. Que lorsque nous parlons de nos propres pays, nous savons de quoi nous parlons.

Dans ce scénario, les gouvernements, les organisations et les institutions financières telles que l’UE, le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Danemark, Swedfund, CDC Group, la Banque européenne d’investissement, le Fonds d’investissement pour les pays en développement et d’autres reconsidéreraient leur retrait des investissements dans le gaz naturel africain.

Nous savons que les investissements dans les combustibles fossiles se poursuivent dans le monde entier :

Le Suriname, le Guyana et le Brésil, par exemple, sont tous des points chauds du pétrole et du gaz en ce moment. Les investissements se poursuivent également, comme il se doit, en Amérique du Nord, en Europe et en Australie. Ils doivent également se poursuivre en Afrique afin de garantir une transition énergétique mondiale juste, équitable et inclusive, qui protège les besoins et les économies de l’Afrique au lieu de les négliger.

La pauvreté énergétique est réelle

J’aimerais examiner de plus près les réalités sur le terrain en Afrique, dont nous devons tenir compte lorsque nous parlons de la transition énergétique du continent. Commençons par ce que j’ai mentionné précédemment : la pauvreté énergétique. Si vous faites partie des centaines de millions d’Africains qui n’ont pas d’électricité fiable, vous cuisinez vos aliments et chauffez votre maison en brûlant du bois, du charbon de bois, voire des déchets animaux.

En conséquence, vous êtes régulièrement exposé à la pollution de l’air intérieur qui augmente le risque d’infections respiratoires et d’autres maladies chroniques. Si vous devez vous rendre à l’hôpital, vous serez soigné à la lumière d’une lanterne ou, pire encore, dans l’obscurité.

Vous n’aurez pas accès aux équipements de sauvetage qui nécessitent de l’électricité, comme les machines IRM et les ventilateurs. Sans parler de l’impact de l’absence d’électricité sur l’éducation de vos enfants ou sur les entreprises et les économies, et de la limitation de vos possibilités d’emploi.

L’Afrique a besoin d’une transition énergétique qui adopte une approche pragmatique pour résoudre la pauvreté énergétique

La pauvreté énergétique engendre la souffrance. Elle retient les gens. Le gaz jusqu’au bout Bébé.

C’est pourquoi une approche globale de la lutte contre la pauvreté énergétique, incluant des initiatives de conversion du gaz en électricité, est absolument nécessaire. Et nous constatons un mouvement dans cette direction. Plus d’une douzaine de pays africains utilisent déjà le gaz naturel qu’ils produisent eux-mêmes ou importent d’autres pays pour produire de l’électricité. Et de nouveaux projets sont en cours. Le Ghana, par exemple, se prépare à lancer la première centrale électrique au GNL d’Afrique subsaharienne avant la fin de l’année.

Le Cameroun prévoit de convertir une centrale électrique alimentée au pétrole à Limbé en une installation alimentée au gaz naturel et d’accroître sa capacité de production. Et en Côte d’Ivoire, une nouvelle centrale électrique à cycle combiné sera construite à Jacqueville.

LIRE AUSSI  Automatisation des emplois, l’Afrique doit-elle s’inquiéter?

Ces projets vont améliorer la vie des Africains. Faire marche arrière maintenant serait une grave erreur. Oui, les énergies renouvelables peuvent également contribuer à répondre aux besoins énergétiques de l’Afrique. Les énergies solaire et éolienne, en particulier, ont un grand potentiel en Afrique. L’Afrique du Sud, par exemple, possède huit des dix plus grandes centrales solaires d’Afrique ; la plus grande du continent se trouve au Maroc.

Dans le même temps, nous avons également constaté des progrès dans l’installation de systèmes solaires domestiques hors réseau dans les villages ruraux d’Afrique subsaharienne.

C’est passionnant !

Mais comme l’énergie éolienne et l’énergie solaire sont des sources d’énergie intermittentes, elles ont besoin d’un appoint pour assurer un flux régulier d’électricité vers le réseau. De plus, la population de l’Afrique, et ses besoins en électricité, devraient augmenter dans les décennies à venir. La capacité des pays africains à développer leur infrastructure d’énergie solaire à temps pour répondre à ces besoins est discutable.

Dans son rapport « Net Zero by 2050 », l’AIE affirmé que ses lignes directrices permettront, entre autres, de préparer le terrain pour un accès universel à l’énergie d’ici à 2030. Ce qui est un autre objectif de l’Accord de Paris. Mais pour les pays africains, mettre fin à l’alimentation en énergie de près de 800 millions d’Africains en moins d’une décennie est une tâche très ardue. Si l’on retire le gaz naturel de l’équation, la tâche devient encore plus ardue.

Économie

Si la pauvreté énergétique de l’Afrique est un problème majeur, ce n’est pas la seule préoccupation. Parlons des réalités économiques des États africains. Pendant bien trop longtemps, l’Afrique, du point de vue de la communauté mondiale, a été un cas de charité. C’est un point de vue ancré, très probablement, dans la compassion, mais pas nécessairement dans le respect. Dans des présentations précédentes, j’ai décrit ce qui se passe lorsque vous faites une recherche Google sur « Aidez l’Afrique ».

Environ 1,7 milliard de résultats s’affichent. Ils disent des choses comme « Aidez les enfants en Afrique ».  « La faim en Afrique et comment aider ». Pendant plus de 60 ans, le monde a versé des aides financières à l’Afrique. Et où cela nous a-t-il menés ? Nous avons toujours la faim. Nous avons toujours la pauvreté. Nous avons toujours la violence, les déficits d’infrastructure, et la liste continue.

J’aimerais suggérer gentiment une meilleure approche pour soutenir l’Afrique. Nous n’avons pas besoin d’aide ou de solutions rapides. Nous n’avons pas besoin d’aide. Nous avons besoin de partenaires et d’investisseurs. Nous avons besoin de solutions de marché libre qui contribuent à la stabilité et à la croissance économique à long terme. Et le fait est que l’exploitation stratégique de nos ressources pétrolières et gazières, en particulier du gaz naturel, met ces objectifs à notre portée.

Nous en sommes déjà si proches. Certains pays, comme le Sénégal, le Mozambique, l’Afrique du Sud, la Tanzanie, le Nigeria, le Cameroun, l’Algérie et la Guinée équatoriale, ont pris des mesures pour monétiser leurs ressources naturelles afin de réunir les fonds nécessaires pour s’aider eux-mêmes.

Nous devons leur donner le temps de réaliser les bénéfices de leurs efforts stratégiques. Et nous devons donner aux autres pays africains la possibilité de faire de même.

L’idée est d’utiliser notre gaz naturel comme matière première pour créer d’autres produits à valeur ajoutée, comme les produits pétrochimiques, des engrais à l’ammoniac. Ensuite, nous utilisons les recettes pour construire des infrastructures, des pipelines aux ports et aux routes. Et nous ouvrons la porte à la diversification économique.

Mes idées sont loin d’être révolutionnaires.

Les pays occidentaux ont déjà vu les combustibles fossiles, dont le gaz naturel, conduire à la croissance économique, la stabilité, et l’augmentation de la durée de vie. Dans le monde entier, au cours des trois dernières décennies, le gaz naturel, ainsi que le charbon, ont fourni de l’électricité à 1,3 milliard de personnes et les ont aidées à échapper à la pauvreté.

LIRE AUSSI  Après sa tournée économique, Macky Sall inaugure ses projets technologiques

L’AIE elle-même a écrit en 2020 : « Les services énergétiques modernes sont essentiels au bien-être humain et au développement économique d’un pays.   » L’accès à une énergie moderne est essentiel pour l’approvisionnement en eau potable, l’assainissement et les soins de santé, ainsi que pour la fourniture d’un éclairage fiable et efficace « , de chauffage, de cuisson, d’énergie mécanique, de transport et de télécommunications fiables et efficaces. »

Bien que l’AIE considéré les énergies renouvelables comme la solution pour répondre à ces besoins, nous ne pouvons pas ignorer le fait que le gaz naturel a soutenu, et continue de soutenir, la stabilité économique dans le monde entier de manière très efficace.

En fait, c’est ce qui alimente de nombreuses centrales qui fournissent un appoint aux zones desservies par des installations solaires et éoliennes. Un autre point à considérer : Actuellement, le gaz naturel fait encore plus que fournir de l’électricité. En Afrique, il est également utilisé pour l’industrie, la fabrication d’engrais et la cuisine, des activités qui auront besoin de plus que d’électricité pour faire face à la transition.

Les coûts de la transition pour l’Afrique

D’autres problèmes se posent également. L’argent en est un important. Il est clair que le continent aura besoin d’investissements d’une ampleur sans précédent pour atteindre le scénario « net zéro » décrit par l’AIE. Pour modifier le bouquet énergétique afin de le rendre compatible avec un scénario à 1,5 °C, il faudrait injecter 150 milliards de dollars par an en Afrique subsaharienne. Cela représente une augmentation de 15 fois par rapport aux 10 milliards de dollars investis en 2018.

L’Afrique doit investir entre 330 et 410 milliards de dollars américains maintenant et 290 à 415 milliards de dollars américains supplémentaires de 2026 à 2030 pour faire de la transition énergétique de l’Afrique une réalité et si nous voulons assurer la stabilité économique de l’Afrique et promouvoir la diversification économique du continent.

Comment pouvons-nous même commencer à financer cela sans nos revenus provenant des combustibles fossiles ? Nous ne le pouvons pas.

Réflexions finales

Pourquoi ne pas adopter, au contraire, une approche stratégique de la transition énergétique de l’Afrique ? Pourquoi ne pas mettre de côté une partie des revenus des combustibles fossiles pour aider à financer les infrastructures dont nous aurons besoin ? Et dans le même temps, communauté internationale, pourquoi ne pas continuer à investir dans les projets pétroliers et gaziers africains, en particulier dans les projets de gaz naturel, afin de rapprocher l’Afrique d’une transition énergétique réussie ?

Et pourquoi ne pas partager vos technologies avec nous, afin que nous puissions utiliser des solutions telles que la capture du carbone, pour réduire au maximum les émissions de carbone. L’Afrique a besoin d’une transition énergétique qui adopte une approche pragmatique pour résoudre la pauvreté énergétique : en faisant de nos ressources en gaz naturel une partie de la solution.

Nous avons besoin d’une transition qui ne soit pas précipitée ou réalisée selon le calendrier du monde occidental. Nous devons mettre en place une stratégie pour protéger et développer les économies africaines.

Nous avons besoin d’une transition qui tienne compte des objectifs, des préoccupations et des priorités de l’Afrique. Je ne demande pas votre aide pour atteindre cet objectif. Mais je vous demande votre coopération.

Je vous remercie.

Par NJ Ayuk, président exécutif de la Chambre africaine de l’énergie

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet