Maitre Ousmane Seye a rappelé, l’urgence, aujourd’hui, de réglementer les réseaux sociaux au Sénégal dont l’utilisation est souvent émaillée par des dérives.

«Vraiment, il y a urgence à réglementer les réseaux sociaux comme il y a urgence aussi à réglementer les programmes des radios et des télévisions» a déclaré la robe noire dans un entretien avec l’Observateur.

Parce que dit-il «on sait qu’il y a la différence entre les animateurs et les journalistes, par exemple, quand on permet à des personnes qui ne sont pas spécialisées dans certains domaines de prendre le micro pendant des heures et de dire des choses qu’elles ne maitrisent pas, de dire des contre-vérités, des fois même de procéder à des règlements de comptes : qui sont écoutées par des milliers et des milliers de personnes dont la moitié sont de des jeunes, cela peut influencer l’opinion d’une bonne partie»

L’avocat abordait la diffusion des audios fuîtés dans le cadre de l’affaire «Sweet Beauty» qui oppose une jeune fille du nom de Adji Sarr, accusant de viol et menaces de mort, l’homme politique Ousmane Sonko leader du parti Pastef. Le dossier reste très médiatisé au Sénégal,.

Plusieurs médias locaux ont diffusé un audio dans lequel, on suppose que Mamour Diallo, ancien directeur des domaines, serait impliqué dans ce dossier.

«Aujourd’hui, on se rend compte que les gens préférent utiliser des audios que de saisir la justice. C’est grave ! Il faut que l’autorité, quand même, régule les réseaux sociaux, les programmes des radios et les programmes des télévisions, insiste Me Seye.

«La justice est décriée mais il faut croire qu’on doit d’abord réglementer l’environnement de la justice, le contexte dans lequel la justice est rendue et la régulation des audios fait quand même partie de l’assainissement de l’environnement dans lequel la justice est rendue » rappelle l’avocat.

«