La masse salariale du Sénégal a connu une hausse. Selon le rapport sur l’emploi, la rémunération et les heures de travail de l’Agence de la statistiques et de la démographie ( Ands) rendu public hier, la masse salariale dans le secteur moderne a connu une augmentation de 37 milliards de FCFA soit 11,1% en un an.

C’est une augmentation significative liée surtout à la relance des activités après la crise sanitaire de la pandémie de Covid-19. Après une année (2020) où les économies ont été fortement impactées par les restrictions liées au Covid-19, l’année 2021 a sonné comme la relance dans le monde des activités.

Une relance des activités économiques qui a occasionné une augmentation du nombre des employés au Sénégal. Et d’après le rapport d’enquête sur
l’emploi, la rémunération et les heures de travail de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd), au quatrième trimestre 2021, le nombre d’employés salariés dans le secteur moderne hors administration
publique est évalué à 337 539 contre 308 586 un an plus tôt, soit une hausse de 9,4%.

A la même période, il y a une augmentation de la rémunération des travailleurs. L’étude révèle qu’au quatrième trimestre 2021, la masse salariale dans le secteur moderne s’est établie à 366,4 milliards FCfa contre 329,8 milliards FCfa un an plus tôt, soit une hausse de 11,1%.
Cet accroissement fait suite à l’augmentation de la masse salariale dans les secteurs de la construction (+38,3%), des services (18,8%) et de l’industrie (+1,8 %). Par contre, dans le secteur du commerce, il est apparu une légère
diminution de la masse salariale (-0,7 %).

L’augmentation de la masse salariale des services est principalement liée à l’accroissement des rémunérations dans l’information et la communication (+123,4 %), les activités de soutien et de bureau (+50 %), l’hébergement et la restauration (32,1 %), les activités artistiques, sportives et récréatives (+26,1%) et les activités de transport et d’entreposage (+10,9%).

Le relèvement de la masse salariale dans l’industrie est consécutif à sa hausse dans les industries extractives (+23,4%) ainsi que celle des industries de production et distribution d’eau (+10,8%).