samedi, juillet 20, 2024

Des défis relevés avec succès par Pr Ramatoulaye Diagne Mbengue à l’Université Iba Der Thiam de Thiès

0 commentaire

Dans un rapport d’activités couvrant la période de décembre 2017 à mars 2023, le Recteur de l’Université Iba Der Thiam de Thiès (Uidt) dresse son bilan à la tête de l’institution. Pr Ramatoulaye Diagne Mbengue qui est sur le départ de la tête de cette institution d’enseignement supérieur, dit avoir relevé, avec succès, de nombreux défis.

À la tête de l’Université Iba Der Thiam de Thiès (Uidt), Pr Ramatoulaye Diagne Mbengue dit avoir relevé de nombreux défis ces cinq dernières années. Dans un rapport d’activités de décembre 2017 à mars 2023, le Recteur de l’Uidt, sur le départ, revient sur son bilan. « De nombreux défis ont été relevés avec succès au cours de ces cinq dernières années, sous l’éclairage de la feuille de route que j’ai présentée à la communauté universitaire de Thiès, dès mon arrivée. Des efforts devront encore être déployés pour poursuivre la politique d’amélioration de l’environnement, de la recherche et de l’innovation ; de renforcement de la part des ressources propres dans le budget de l’université ; d’élargissement de l’offre de formation et de son alignement sur les besoins du monde socioéconomique », lit-on dans le rapport d’activités.

Dans le document, le Pr Ramatoulaye Diagne Mbengue affirme que la mise en place d’une gouvernance respectueuse des textes réglementaires, de la transparence, de la reddition des comptes et de l’équité était une priorité. « En 2017, l’Université de Thiès avait de lourds arriérés, dont certains remontaient à 2014 et même au-delà, pour les vacations des personnels d’enseignements et de recherche (Per), le téléphone, les salaires des vigiles, les cotisations sociales, le carburant, les factures dues aux institutions hospitalières et aux fournisseurs. Les caisses d’avance se multipliaient à travers l’université sans respecter la réglementation. Il a fallu clôturer plusieurs caisses d’avance et imposer un plafond de 300.000 Fcfa à travers tout l’espace universitaire », informe Mme la Rectrice qui est sur le départ de la tête de cette université. Elle affirme, dans la foulée, que tous les comptes bancaires ouverts dans les établissements que compte l’institution ont également été clôturés afin de respecter les textes qui font de l’agent comptable de l’université le seul agent autorisé à ouvrir et à gérer des comptes bancaires. Selon Mme Mbengue, il était également urgent de procéder à une rationalisation des dépenses pour apurer les dettes et les arriérés, mais aussi pour assainir la gestion du carburant, des marchés, des vigiles, etc.

Amélioration du dispositif de paiement 

Le Recteur dit avoir également apuré les dettes de l’institution. « Les dettes de l’Uidt sont soldées. Grâce à l’appui des services administratifs, financiers et techniques du Rectorat, les dettes et les arriérés ont été apurés progressivement. Ainsi, les arriérés dus à la Senelec et à la Sonatel, antérieurs à l’année 2018, ont pu être apurés avant fin décembre 2021, pour un montant cumulé de 110 millions de FCfa. Il se trouve que la Senelec reste même devoir à l’Université un trop-perçu, suite à une ponction directe sur le budget de l’Uidt », écrit Mme Mbengue.

Les vacations des Per, les salaires des vigiles et des techniciennes de surface, fait-elle savoir, sont désormais traités et payés en même temps que les salaires des agents titulaires de l’Uidt, note le Recteur dans le rapport. Elle renseigne que le renforcement conséquent de la rubrique budgétaire dédiée au paiement des vacations, qui est passée de 147 millions de Fcfa en 2018 à 210 millions de FCfa en 2022, ainsi que l’amélioration du dispositif de traitement, ont permis au Rectorat de payer, chaque année, les états de vacations transmis par les établissements. « Les sommes dues sont payées à dates échues, de même que les voyages d’études des Per et les per diem y relatifs. Le moratoire conclu avec l’Ipres en 2015 se poursuit également. Les impôts et les taxes fiscales sont honorés et les salaires sont budgétisés en brut et non plus en net conformément à la réglementation et aux instructions de la tutelle », note le Recteur de l’Uidt. Le Pr Diagne Mbengue indique aussi que la rationalisation des dépenses et une gestion rigoureuse ont permis la création de 20 postes de Per sur les ressources propres de l’Université, sur autorisation de la tutelle.

En ce qui concerne la recherche et l’innovation, elle affirme que le Rectorat a consenti d’importants efforts pour que l’Uidt puisse participer à l’atteinte des objectifs de la Directive présidentielle qui consiste à « donner un nouvel élan à la recherche et à l’innovation ». Dans cette optique, poursuit Ramatoulaye Diagne Mbengue, en dépit des contraintes, le Fonds d’appui à la recherche et à l’innovation (Fari) a été revalorisé, chaque année, dans cette université pour financer la recherche et la promotion des carrières des Per. « Des actions sont également initiées par les chercheurs pour mobiliser des financements conséquents en faveur de la recherche et de l’innovation », a fait savoir le Recteur de l’Université Iba der Thiam de Thiès.

 

Aliou KANDE, Le Soleil (TitreSNL)