Actu Web

Connexion Haut Débit en Afrique: Le Bénin et les Iles Canaries connectés au câble sous-marin ACE (Africa Coast to Europe)

 Le  Bénin et les Iles Canaries sont désormais connectés  au câble sous-marin ACE (Africa Coast to Europe). Les deux pays s’ajoutent à la liste des pays qui étaient déja connectés par ce câble sous marin dans le cadre de la seconde phase de son  déploiement  qui dessert aujourd’hui 18 pays : la France, le Portugal, les Iles Canaries (Espagne), la Mauritanie, le Sénégal, la Gambie, la Guinée, la Sierra Leone, le Libéria, la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Ghana, le Nigéria, la Guinée Equatoriale, le Gabon et Sao Tomé & Principe. Deux pays sans façade maritime, le Mali et le Niger, sont connectés grâce à un prolongement terrestre. l’annonce a été faite par Orange , ainsi que tous les membres du consortium ACE,

Le câble ACE qui étend l’accès à l’internet haut-débit en Afrique et apporte de la capacité supplémentaire aux réseaux internationaux existants, parcourra 17 000 km et sera prolongé jusqu’en Afrique du Sud au terme de la seconde phase. Des branches sont prévues pour relier le Cameroun, qui vient de signer l’accord formalisant son entrée dans le consortium ACE,  la République Démocratique du Congo, l’Angola et la Namibie.

Depuis la mise en service de la première phase, en décembre 2012, sept des pays connectés – la Gambie, la Guinée, la Guinée Equatoriale, le Libéria, la Mauritanie, Sao Tomé & Principe et la Sierra Leone – ont bénéficié pour la première fois d’une connexion directe à un câble sous-marin, leur permettant d’accéder de manière optimale au réseau haut débit international.

Pour accomplir cet ambitieux projet, Orange, accompagné de ses filiales Côte d’Ivoire Telecom, Orange Cameroun, Orange Mali, Orange Niger et Sonatel, s’est entouré de partenaires majeurs au sein d’un consortium international.

Une sécurisation accrue pour acheminer les communications

Au-delà de la connectivité Afrique  – Europe, et grâce aux interconnexions avec d’autres câbles sous-marins, ACE constitue pour l’Afrique une route supplémentaire vers l’Amérique et l’Asie. De plus, ACE constitue une alternative pour acheminer le trafic entre l’Europe et l’Asie en passant par l’Afrique. Enfin, ce câble diversifie les artères de transmission entre le Portugal et la France.

ACE bénéficie de la technologie la plus performante utilisée actuellement dans le domaine des câbles sous-marins : le multiplexage de longueur d’onde (WDM) qui permet d’augmenter la capacité en fonction des besoins sans nouvelle intervention sous-marine. La capacité totale s’élèvera à 12,8 Tbps grâce à la technologie 100 Gbps qui supporte les réseaux très haut-débit.

Un actif essentiel du réseau haut-débit du Groupe en Afrique

La construction du câble représente un investissement d’environ 700 millions de dollars américains pour le consortium dont environ 250 millions de dollars sont pris en charge par le Groupe et ses filiales. Par ces investissements majeurs, Orange concrétise deux volets de sa stratégie : démocratiser l’internet en Afrique où le Groupe est implanté dans plus de vingt pays et contribuer à développer la qualité de service de son réseau.

 En développant son réseau de câbles sous-marins, Orange participe au développement d’un réseau mondial de haute qualité pour accompagner la croissance continue des volumes de données échangées.

Comments

comments

Comments
To Top