Télécommunications

SOLID : 10 ingrédients essentiels pour le développement durable des PME Sénégalaises

Moustapha-Diop-DG-SOLID-2

La PME sénégalaise SOLID, société de services informatiques et télécoms, fête ses dix ans. L’occasion de proposer sa recette du succès, de faire un bilan, et de remercier ses clients et partenaires lors d’une soirée qui s’est tenue à Dakar le 17 décembre et qui a rassemblé près de 200 personnes.

Créée en 2005 par des professionnels ambitieux, SOLID est aujourd’hui reconnue comme l’un des leaders du marché des services informatiques au Sénégal. Elle totalise près de 40 collaborateurs dont une vingtaine au Sénégal, et compte des filiales en Côte d’Ivoire, au Gabon, en Guinée Bissau, en Mauritanie et au Congo Brazzaville. Son professionnalisme a, notamment, été récompensé par le prestigieux prix « Partenaire de l’année 2015 » de Microsoft.

Son développement n’est pas le fruit du hasard mais d’une ambition et d’une vision de l’entreprise africaine basée notamment sur l’éthique et la transparence. Modestement, en se basant sur son expérience et celles de ses collaborateurs, elle propose dix clefs pour développer durablement les PME sénégalaises et africaines, dont on connait les difficultés :

  1. L’expertise : se différencier par des expertises, si possibles certifiées.
  2. Anticiper et s’adapter au changement : cela implique de la veille dans son secteur et d’être réactif.
  3. La flexibilité : avoir une organisation interne souple pour réagir aux changements. Cela signifie également être capable de proposer aussi bien des solutions et produits mondiaux que locaux, spécifiques à son marché.
  4. Innover : être proactif, toujours chercher l’innovation qui répondra aux besoins de ses prospects et clients.
  5. Etre libre : ne pas être dépendant d’une seule marque, d’un seul partenaire, d’un seul produit. Et, quand cela est possible, se développer sur la base d’une indépendance financière.
  6. Viser plus haut, viser panafricain : le monde est globalisé, alors pourquoi se contenter de son marché local ?
  7. Le capital humain : investir dans des ressources locales, africaines, qui seront formées, certifiées. Etre attentif aux aspects sociaux : égalité, respect, reconnaissance, fidélisation.
  8. Le « business éthique » : progresser dans ses activités de façon déontologique, c’est possible ! Respecter la loi, les règles, bien sûr, et être transparent et en accord avec ses propres valeurs.
  9. Un environnement multiculturel : la diversité des équipes est une richesse. Une entreprise dont les employés ont tous les mêmes origines, les mêmes formations et cursus se prive de la richesse multiculturelle nécessaire à son rayonnement continental voire mondial et a tendance à se scléroser.

Le développement durable : il s’agit de concilier le progrès économique et social de son entreprise avec la protection de l’environnement (RSE). Les PME sont autant concernées que les grandes entreprises, ce n’est pas une question de taille ou de moyens mais de prise de conscience, de responsabilité. Et, pour les plus pragmatiques, notons que le développement durable est aussi une occasion de se différencier, de s’améliorer, d’être plus concurrentiel !

« Je suis fier du travail accompli en dix ans avec l’ensemble des collaborateurs de SOLID. En partageant notre expérience, j’espère simplement apporter quelques pistes et de l’espoir aux entrepreneurs, et particulièrement aux jeunes », a déclaré Moustapha Diop, directeur général de SOLID. « Nos ingrédients du succès ne tiennent sans doute pas de la recette miracle, mais ils ont  fait leurs preuves. Et, bien sûr, cette recette ne peut être réussie sans une bonne dose de volonté, de travail  et de persévérance ».

Via Itmag.sn

Comments

comments

1 Comment

Les plus populaires

To Top