Le Bénin va créer une école de fibre. C’est ce qui a été révélé dans le communiqué gouvernemental de la semaine.

En effet, cela fait suite aux  recommandations du Conseil des Ministres en sa séance du 24 décembre 2019, l’étude de faisabilité de ladite école a été réalisée.

Socialnetlink partage cet extrait du dernier conseil des ministres dans lequel, la question a été évoquée.

« Elle a permis de faire une analyse précise des besoins et conditions de démarrage, notamment sur la base des attentes des entreprises du secteur des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC), en matière de compétences dans les métiers de la fibre optique.

L’étude a également procédé à une analyse de l’offre de formation existante dans le domaine, au Bénin et dans la sous-région.

Celle-ci révèle que les formations disponibles actuellement rassemblent des savoirs théoriques mais que la formation spécifique basée sur des apports pratiques, professionnalisants et de courte durée, n’existe pas et constitue une nécessité pour satisfaire les attentes dans ce domaine.

C’est pourquoi, le Conseil a autorisé la mise en œuvre du projet sur le site de l’ex Ecole supérieure des Télécommunications du Bénin.

Approbation de la note conceptuelle et de la feuille de route relatives à l’élaboration du document de stratégie nationale de l’identification des personnes en République du Bénin.

Ladite stratégie sera un véritable outil de planification, d’orientation et de mise en cohérence des interventions de l’Etat et des autres acteurs ou partenaires, en matière d’identification des personnes.

Lire aussi: Bénin- De jeunes cybercriminels arrêtés en plein sacrifice d’animaux

A ce titre, elle constitue un document-cadre qui fixe les orientations stratégiques, les objectifs et les actions prioritaires dans le secteur.

Elle est rendue nécessaire par les réformes majeures déjà engagées par le Gouvernement au titre desquelles le Recensement administratif à vocation d’identification de la Population (RAVIP), la dématérialisation de la production des actes de naissance, la reconstitution des actes de naissances sans souche, la mise en œuvre de la carte d’identité biométrique.

Elle procède également des perspectives de rénovation qui se dégagent de ces réformes s’agissant de l’identification unique des personnes et de l’inclusion en Afrique de l’Ouest, ainsi que de la phase pilote régionale d’élaboration des schémas directeurs nationaux, dans le cadre du projet SMART AFRICA.

Aussi, le Conseil a-t-il approuvé la note conceptuelle et la feuille de route en vue de l’élaboration de ce document de stratégie, pour la période 2020-2025. »