Le Sénégal ne dispose pas d’une usine de confection de masques chirurgicaux d’où les masques alternatifs pour couvrir la population. Un moyen donc de pallier à cette forte demande est de stériliser les masques et autres équipements de protection individuelle pour une réutilisation (théoriquement illimitée) ultérieure.

Plusieurs études antérieures ont validé le caractère germicide, bactéricide ou virucide des rayons ultraviolets (lumière de longueur d’onde de 180-400 nm) face à des pathogènes aussi virulents que le H1N1, le H5N1, le SRAS ou le coronavirus. Par ailleurs, les blocs opératoires sont régulièrement stérilisés par rayonnement ultraviolet afin d’éliminer tout risque d’infection lors des interventions chirurgicales.

Un groupe de recherche COVID-UPOA, au sein de la division Ingénierie Biomédicale, a mis en place la LIGHTBOX pour la stérilisation des Equipements de Protection Individuelle (EPI) et la DESIBOX pour la désinfection des personnes mobiles, rapporte nos confrères d’emedia.

Lire aussi:Les étudiants de l’ESP présentent GAZELLE, un véhicule solaire made in Sénégal

La LIGHTBOX a mené après 1 mois et demi de travail sans relâche à la création d’un Dispositif Intelligent de Sterilisation par Rayons Ultraviolets, i.e. DISTER-UV. Les rayonnements ultraviolets étant néfastes à la peau et aux yeux, il a été développé une application pour Android (téléchargeable gratuitement sur le site de STM) pour un contrôle à distance des lampes UV éliminant ainsi les risques susmentionnés.

Hormis les lampes UV, tout le reste a été confectionné au Sénégal avec le support de menuisiers métalliques, de soudeurs, de programmeurs, d’électriciens, de techniciens et d’ingénieurs biomédicaux. Il suffit maintenant de quatre jours ouvrables à STM pour reproduire le DISTERUV à la commande pour les utilisateurs dont les structures de santé publiques comme privées. Aux côtés des équipes de recherche en France avec le Steromask de la société Ingenica ou aux Etats Unis avec le Centre Hospitalier du Nebraska, le Sénégal contribue également à la lutte contre la COVID19.

Lire aussi: Un élève en classe de seconde crée un robot qui lutte contre la covid-19

Ces travaux d’étudiants ont été effectués sous la direction du Pr TRAORE diplômé en Physique Médicale à l’Université Paris Descartes puis en ingénierie biomédicale de l’Université de Montréal / Ecole polytechnique de Montréal. M TRAORE a été lauréat d’une bourse Marie Curie d’études en 2014 afin d’effectuer un doctorat européen Espagne – France – Allemagne. Il est le responsable de la filière Ingénierie Biomédicale et Physique Médicale de l’UPOA et intervient par ailleurs à l’Institut des Technologies Nucléaires appliquées de l’Université Cheikh Anta Diop.

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet