Acteur clé de l’emprunt obligataire du Port autonome de Dakar, Invictus Capital & Finance (ICF) est un acteur de référence dans le marché financier. Dans cet entretien, Son Président Directeur général, Monsieur  El Hadji Mbacké Fall revient sur les coulisses de cette opération. Parlant de la ruée des États vers le marché financier, il estime que le potentiel du marché est loin d’être exploité.

Pouvez-vous nous présenter votre structure ?

Invictus Capital & Finance (ICF) est une Société de Gestion et d’Intermédiation (SGI), agréée par le Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREMPF) sous le numéro « SGI/2019-02 », avec un capital social de cinq cent millions (500 000 000) Francs CFA, détenue à 100% par des privés sénégalais et dont le siège se trouve à Dakar, au Sénégal.

Notre société a pour objet d’accompagner les entreprises, les Etats et ses collectivités locales, les institutions financières, les compagnies de retraite et d’assurances mais aussi les particuliers à travers des services financiers adaptés. 

Notre offre de services couvre l’ensemble des besoins dans les domaines de la gestion et de la finance.  Il s’agit entre autres des activités de :

El Hadj Mbacké Fall, PDG d’Invictus Capital et Finance
  • Conseil et d’ingénierie financière ;
  • Structuration et levée de fonds ;
  • Gestion de portefeuille et d’intermédiation boursière, …

L’équipe de ICF est composée de professionnels de la finance, ayant capitalisé des années d’expérience dans les Marchés Financiers, et qui ont eu à occuper des postes de responsabilités dans différentes branches de la finance de marché : Marché des capitaux, trading, structuration et levée de fonds, conseil financier, gestion collective, etc… 

Toutes ces expertises, couplées à un vaste réseau de partenaires nationaux et internationaux nous permettent aujourd’hui d’apporter des réponses adéquates et innovantes aux différentes sollicitations de notre clientèle. 

Si vous deviez expliquer l’emprunt obligataire du PAD à un profane que lui diriez-vous ?

En des termes très simples, nous pouvons dire que cet emprunt obligataire est un processus par lequel le Port Autonome de Dakar sollicite le public, particuliers, institutionnels, corporates, au niveau national ou international, pour participer au financement d’un grand projet d’envergure, le Projet du futur Port de Ndayane.

PAD- Cérémonie de lancement de l’emprunt obligataire dénommé «PAD 6,60% 2020-2027»

Cette souscription en plus de générer un rendement de 6.60% net d’impôts pour les résidents sénégalais est un appel à la fibre patriotique de chaque sénégalais, sollicitant leur appropriation et adhésion à la vision d’un Sénégal Emergent, afin de financer ce projet stratégique par des capitaux locaux. 

L’emprunt obligataire du Port suscite beaucoup d’espoir. Qu’est-ce qui l’explique ?

Effectivement, mais cela ne nous surprend guère pour plusieurs raisons :

Le Port Autonome de Dakar joue un rôle essentiel dans l’économie du Sénégal. Il contribue à hauteur de 90% des recettes douanières de l’Etat du Sénégal et assure 100% des Importations conteneurisées et de marchandises diverses du Sénégal (riz, blé, acier, bois, légumes et fruits, céramique…) et des exportations (matières premières, poisson, fruits et légumes) sans compter son rôle clé pour les pays de l’Hinterland comme le Mali où 65% du trafic de marchandises transitent par le Port de Dakar ;

Depuis 2017, avec la mise en place de la nouvelle équipe de direction, sous l’impulsion du Directeur Général, M. Aboubacar Sédikh BEYE, le PAD a enregistré des performances historiques améliorant ainsi de façon spectaculaire sa situation financière. Cela a été possible grâce à un Plan de transformation décomposé en « Quick wins » qui ont permis d’optimiser les recettes tout en maîtrisant considérablement les charges. 

Ces belles performances et une vision stratégique claire et cohérente, ont permis au PAD d’être noté « A- » avec une perspective « stable » par l’agence de notation financière WARA.

Le troisième point, très important à mon avis, c’est l’adoption par le Port d’une structure de « port propriétaire ». En effet, cette stratégie a permis au Port de coopter des opérateurs d’envergure internationale à l’image de DP WORLD, SEA INVEST, MAERSK LINE, …, permettant ainsi de transférer une partie du risque d’exploitation et des coûts d’investissements tout en conservant la propriété des installations à la fin de la concession.

Fort de tous ces constats, nous pouvons comprendre aujourd’hui que le Port Autonome de Dakar puisse représenter un grand intérêt pour tout investisseur désireux de placement sécurisé, rentable et de surcroit ayant un impact considérable sur l’économie du Pays. 

Quel a été votre rôle dans cette opération ?

La SGI Invictus Capital & Finance a été mandatée pour structurer et arranger la levée les fonds sur le Marché Financier Régional dans le respect de la réglementation en vigueur édictée par le régulateur du marché, le Conseil Régional de l’Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF).

El Hadj Mbacké FALL, PDG d’Invictus Capital et Finance en compagnie du DG du Port Monsieur Ababacar Sédikh BEYE et du PCA du Port monsieur Moussa SY

Notre rôle dans cette opération s’articule en trois phases : une phase de structuration dans laquelle nous avons conseillé sur les caractéristiques de l’opération, la période de souscription idéale en fonction des pics de liquidité du marché, les mécanismes de sécurisation, …. une phase de lancement qui correspond à la collecte et la centralisation des souscriptions et une phase post-lancement dans laquelle nous accompagnons la cotation des titres émis au niveau de la BRVM et assurons le suivi du service financier de la dette. 

Aujourd’hui, aussi bien les Etats que les grandes entreprises font recours au marché financier, … qu’est-ce l’explique ?

C’est ce que nous constatons, nos Etats et les entreprises vont souvent à l’assaut du Marché Financier pour trouver des alternatives de financement et lever des fonds.

Mais ce qu’il faut retenir, c’est que le potentiel de notre Marché Financier dépasse largement ce qu’il fournit à ce jour comme financement et produits de placement.

Nos Etats et entreprises doivent davantage s’accommoder à l’idée d’aller sur le Marché Financier parce qu’au-delà de représenter une alternative de financement modulable, notre Marché Financier permet de lever des montants beaucoup plus conséquents sur le long terme à des coûts maitrisés

Est-ce à dire que les banques ne sont pas assez liquides ?

Non, pas du tout. Nos banques sont assez liquides.

Le Marché Financier et les banques sont étroitement liés parce qu’ils appartiennent à un même écosystème : le Marché des capitaux.

Les banques jouent un rôle essentiel dans la liquidité des Marchés Financiers et inversement, le Marché Financier aussi joue un rôle très important dans la liquidité des banques. En effet, les établissements bancaires souscrivent massivement aux emprunts obligataires, qui plus est, si ces titres sont admissibles aux guichets de refinancement de la BCEAO.

El Hadj Mbacké Fall, PDG d’Invictus Capital et Finance en compagnie du DG d’Ecobank
( gauche) et celui d’Orabank Sénégal (droite )

En réalité, les structures qui émettent un emprunt obligataire optimisent leur coût de financement car le taux de sortie des Appels Publics à l’Epargne (APE) est souvent moindre que le TEG offert par les banques. Sans compter qu’elles bénéficient des avantages de la communication liée à l’opération. 

Quelle est l’importance de la notation dans un emprunt obligataire ?

Le recours à la notation financière revêt une grande importance, et pas seulement pour un emprunt obligataire.

En effet, le développement de notre Marché Financier ne pourra se faire sans des agences de notation indépendantes ayant l’expertise et la compétence pour certifier la qualité de crédit d’une entreprise (la capacité et la volonté de l’emprunteur à faire face à ses obligations financières à court, moyen et long terme).

A travers ce processus, la notation financière permet de réduire l’asymétrie d’information entre l’émetteur et l’investisseur.

Pour revenir à l’emprunt obligataire du Port « PAD 6.60% 2020-2027 », la notation financière a permis d’apprécier la qualité de la signature de l’émetteur qui est ressorti à « A- » trois crans au-dessus de la catégorie d’investissement (Investment Grade).

Cette note intègre toutes les informations quantitatives et qualitatives dans le modèle de rating. Et, avec cette notation de catégorie d’investissement, le PAD a la possibilité d’émettre sur le Marché Financier Régional sans garantie à première demande, réduisant ainsi considérable les coûts.

DG du Trésor
El Hadj Mbacké Fall, PDG d’Invictus Capital et Finance en compagnie du DG. de Senelec
El Hadj Mbacké Fall, PDG d’Invictus Capital et Finance en compagnie de ATEPA

Entretien réalisé par Social Net Link

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet