Sambourou Seydi, qui a mis au point un véhicule, a été honoré par Sanoussi Diakité, président de l’Association sénégalaise pour la promotion de l’invention et de l’innovation.

Un génie est né à Kolda. Le président de l’Association sénégalaise pour la promotion de l’invention et de l’innovation a effectué une visite dans l’entreprise du jeune inventeur Sambourou Seydi de Dabo qui a mis au point un véhicule en novembre dernier. Sur place, M. Diakité a pu constater les conditions de travail de cet acteur de développement, mais aussi découvrir son talent. En réussissant cette prouesse, «il a donné l’exemple d’un jeune qui croit au travail et en lui. Il mérite vraiment d’être soutenu pour développer son entreprise», explique l’ex-directeur général de l’Office national de formation professionnelle (Onfp). Entre génies, on parle le même langage.

Lire aussi: SENEGAL: Un mécanicien fabrique une voiture

Du haut de ce véhicule estampillé «Air Dabo», Sanoussi Diakité s’engage à mener une communication sur cette invention afin que ce jeune inventeur soit beaucoup plus connu. «Je joins ma voix à celle des autres qui m’ont précédé pour porter son nom en ampleur à travers le monde afin d’attirer l’attention nationale et internationale sur Dabo», a-t-il fait savoir. Ce qui, de l’avis du patron des inventeurs du Sénégal, va contribuer à créer des emplois dans la localité et développer l’économie locale.

Et cela, le jeune Sambourou Seydi en est conscient. Cet ancien élève du Centre régional de formation professionnelle (Crfp) de Kolda, placé par l’Ong Ofad Naforé dans cet établissement, dit avoir fait cette invention dans le but d’attirer l’attention des décideurs et des partenaires au développement vers cette commune rurale pour y investir afin de la relever au rang des collectivités territoriales émergentes.

Selon Le Quotidien, son ambition est de faire de son entreprise un outil au service de la mécanisation agricole en milieu rural.

«Je veux être soutenu pour améliorer la fabrication de semoirs, de houssines, de charrettes, de moulins, entre autres», dit-il. Il veut être en mesure d’exécuter des marchés nationaux à partir de ces trois ateliers qu’il a ouverts dans la commune de Dabo où il est «actuellement en train de former une quarantaine de jeunes qui ne pensent même pas à l’émigration clandestine», a-t-il confié avec fierté.

Il faut rappeler que ce véhicule est fait à partir d’un assemblage de matériels et matériaux issus de la mécanique automobile. Un outil de transport qui fait la fierté des populations de cette contrée rurale. D’ailleurs, le maire de la commune rurale de Dabo promet un appui annuel d’un million à Sambourou dans le sens de renforcer les capacités techniques et technologies de cette entreprise, une première au Fouladou.

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet