Depuis l’annonce de sa nouvelle politique dans la gestion des données personnelles de ses utilisateurs, l’application a vu des millions d’utilisateurs se ruer vers concurrents que sont Signal et Telegram. Face au tollé provoqué chez les internautes par son projet de modifier ses conditions d’utilisation, le service de messagerie cryptée WhatsApp a dû battre en retraite.

La filiale de Facebook a ainsi annoncé vendredi qu’elle reportait de trois mois, du 8 février jusqu’ à la mi-mai, cette modification, qui impliquait un partage des données de ses utilisateurs avec les autres sociétés du groupe, à savoir Facebook, Instagram et messenger.

« Nous retardons désormais la date à laquelle les utilisateurs devront relire et accepter les conditions », a indiqué dans un article de blog l’entreprise, qui revendique 2 milliards d’utilisateurs dans le monde. Les modifications, qui devaient entrer en vigueur le 8 février, ne seront ainsi plus effectives qu’à partir du 15 mai.

Exode vers des messageries rivales, dont Signal

Dans un premier temps, WhatsApp avait tenté de rassurer en donnant des explications à ses utilisateurs, mais face à la grogne générale, la société a donc préféré temporiser. Les appels à quitter l’application de messagerie instantanée s’étaient multipliés ces derniers jours malgré les précisions de WhatsApp assurant que « la mise à jour de notre politique n’a aucune incidence sur la confidentialité de vos messages avec vos amis ou votre famille ».

LIRE AUSSI  Débriefing: WhatsApp Paiement va chambouler la Fintech en Afrique ( Daouda DEME)

Lire aussi: Nouvelle politique de confidentialité : Whatsapp tente de rectifier le tir

Comme le rappelle Boursier, les internautes se tournaient notamment en grand nombre vers l’application Signal, promue notamment par Elon Musk, et qui pointait ces derniers jours en tête des téléchargements sur Apple Store et Google Play dans plusieurs pays.

Partage obligatoire des données avec toutes les entités de Facebook

Depuis début janvier, WhatsApp envoyait des notifications à ses utilisateurs en leur demandant d’approuver ses nouvelles conditions d’utilisation avant le 8 février prochain, faute de quoi ils se verraient privés de leur accès au service. Or, les nouvelles conditions obligent les utilisateurs de l’application à partager leurs données personnelles avec la maison mère Facebook et ses différents entités (Instagram et messenger).

Lire aussi: Signal ou Whatsapp : Quelle messagerie choisir ?

Facebook, qui domine la scène mondiale des réseaux sociaux, a acquis WhatsApp en 2014, et cherche depuis des moyens de monétiser cette application très prisée, qui jouit de la confiance de ses utilisateurs.

Ces derniers apprécient tout particulièrement la protection de leurs données personnelles, et le chiffrage de leurs échanges (texte, audio, photo et vidéo) via l’application. Ce chiffrage n’est pas remis en cause par les évolutions prévues, a précisé WhatsApp, mais cela n’a pas suffi à rassurer les utilisateurs.

LIRE AUSSI  Tik Tok, le nouveau réseau social en vogue chez les jeunes sénégalais

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet